L’« exceptionnalisme » occidental s’effondre alors qu’un sénateur australien est expulsé de Malaisie


par Tony Cartalucci

Le sénateur devait rencontrer le représentant du faux-mouvement démocratique Bersih financé par Wall Street et la City de Londres, Anwar Ibrahim, l’homme du FMI.

anwar ibrahim

Le journal The Australian a rapporté dans son article « Xenophon deported by Malaysia », que le sénateur australien Nick Xenophon a été détenu puis expulsé de Malaisie après avoir fait partie d’une « délégation parlementaire non-officielle pour la révision du système électoral ».

En réalité, le sénateur Xenophon faisait partie d’un effort occidental d’assistance à l’opposition financée et soutenue par Wall Street et la City de Londres, opposition malaise qui est partie intégrante d’une stratégie géopolitique importante d’alignement de l’Asie du Sud-Est contre la Chine et son émergence régionale.

Confirmant ceci, le journal The Australian a aussi rapporté :

“Lui et d’autres parlementaires australiens devaient rencontrer le leader de l’opposition Anwar Ibrahim ainsi que le ministre malais des affaires parlementaires, Mohamed Nazri, et des membres du groupe Bersih, la coalition pour des élections justes et propres.”

Malaysia_Anwar_opposition-leader-alogans-grand

Malgré tous les efforts de Bersih pour se présenter comme apolitique, le mouvement est clairement dirigé par l’opposition soutenue par les Etats-Unis, dont le chef est Anwar Ibrahim du FMI. Sur cette photo, Ibrahim (au centre) peut être vu faisant un discours lors d’un meeting du Bersih en Malaisie. (NdT: On notera en cette occasion la couleur des chemises… “couleurs” qui comme en Thaïlande et ailleurs, sont la marque de fabrique des “révolutions colorées” sponsorisées par l’USAID, la NED et donc la CIA…)

Le Bersih est bien sûr reconnu financé par le Département d’État américain via la National Endowment for Democracy (NED, vitrine de la CIA) ainsi que par le criminel condamné George Soros et son institut de l’Open Society. D’après un article du Malaysia Insider datant du 27 juin 2011, la figure de proue du Bersih, Ambiga Sreenevassan, a reconnu elle-même « que le Bersih reçoit de l’argent de deux organisations américaines, le National Democratic Institute (NDI) et l’Open Society Institute (OSI), pour d’autres projets non liés à la marche du 9 juillet (2011) ».

La réunion planifiée de Xenophon avec Anwar Ibrahim, qui a de fait créé le Bersih avec des fonds occidentaux pour le propulser au pouvoir, indique également l’ingérence insidieuse de l’Australie dans les affaires internes de l’État souverain de Malaisie.

AnwarNED

Prise de la cérémonie des récompenses de la NED en 2007 tenue à Washington D.C, Anwar Ibrahim est à l’extrême gauche sur la photo et y participa en tant que “panéliste”. Cela n’est pas une surprise de voir que la NED finance maintenant sa tentative de parasiter de nouveau le pouvoir en Malaisie en profitant des séries de protestations émises par le Bersih.

Anwar Ibrahim fut le président du comité de développement de la Banque Mondiale et du FMI en 1998, il enseigna à l’académie des études avancées internationales de la John Hopkins University, il fut un consultant de la Banque Mondiale et un membre de « Democracy Award » en ligne avec les néoconservateurs de la NED, la même organisation américaine dont les subsides financent et soutiennent le Bersih, ce qui jette un doute irréfutable sur la légitimité du but avoué pour des « élections justes et propres ». Les affirmations de membres du Bersih clamant qu’Anwar Ibrahim « kidnappe » leur mouvement résonnent particulièrement creuses lorsque l’on regarde à la fois les soutiens financiers et politiques du Bersih.

Deux ans de chaos orchestré par l’Occident dans le monde arabe justifie la décision de la Malaisie.

Clairement, la visite du sénateur Xenophon en Malaisie n’était pas une visite « d’étude », mais une visite de vérification d’un groupe clairement compromis, financé ouvertement et aux éléments subversifs opérant derrière le masque de principes désintéressés et soi-disant innocents, ce qui rend absolument justifiée l’affirmation par le gouvernement malais que Xenophon constitue un risque pour la sécurité du pays. Les deux dernières années de « promotion démocratique » occidentale qui eurent lieux en Egypte, Libye et Syrie, n’ont laissé que dévastation, une montée des despotes et des extrémistes dans leur sillage, ce qui a justifié des mesures similaires plus tôt cette année de la part de la Russie qui a commencée à se purger des mêmes intrigants d’ONG « innocentes », qui soutiennent le genre Bersih, Ibrahim en Malaisie.

Des observateurs occidentaux des « droits de l’Homme » aux Nations unies elles-mêmes, tout a été abusé de manière évidente afin de poursuivre l’agenda des intérêts corporato-financiers de l’Occident, ce qui a eu pour effet récurrent de causer et de renforcer les soi-disant abus qu’elles pensaient « arrêter » en première instance.

Avec des articles comme The Redireciton du journaliste lauréat du prix Pulitzer Seymour Hersh dans le magazine New Yorker et le Wall Street Journal To Check Syria, U.S. Explores Bond With Muslim Brothers remontant aussi loin que 2007 et révélant que l’Occident planifiait de placer des extrémistes armés au pouvoir dans les grandes largeurs du monde arabe, ceci n’est pas une conséquence involontaire, mais une conspiration préméditée de longue date qui se déroule en fait comme prévu. Des plans similaires d’utiliser des mouvements faussement démocratiques et même de la violence en Asie du Sud-Est pour servir de couverture pour des changements de régimes fomentés par l’Occident ont aussi été très bien documentés en Malaisie tout aussi bien qu’au Myanmar et leur voisin de la Thaïlande. Des plans d’utilisation de l’Asie du Sud-Est contre la Chine ont été documentés remontant à au moins le fin des années 1990.

String of Pearls (collier de perles)

Du rapport de SSI 2006 « String of Pearls » (collier de perles) détaillant la stratégie d’endiguement de la Chine. Alors que la « démocratie », la « liberté » et les « droits de l’Homme » masqueront l’ascension au pouvoir de régimes clients alignés sur l’Occident, cette campagne régionale vise le renversement des mouvements nationalistes pour installer des régimes clients afin d’encercler et de contenir la Chine. La violence dans des endroits comme Sittwe, Rahkine au Myanmar ou Gwasar au Balouchistan pakistanais, ainsi que les contestations politiques en Thaïlande et en Malaisie ne sont pas des coïncidences et il y a des preuves documentées qui indiquent un énorme soutien de l’Occident pour les groupes d’opposition dans chacun de ces pays.

La Russie a montré la voie, la Malaisie suit et prête à la décision russe une légitimité grandement appréciée devant le paysage médiatique toujours monopolisé par l’Occident. D’autres nations se doivent d’emboîter le pas, abandonnant la prétention que l’Occident est en quelque sorte « exceptionnel » et qu’il ne pourrait y avoir de circonstances concevables et justifiables de voir un sénateur australien arrêté et expulsé. De fait, Xenophon a outrepassé son mandat et ses responsabilités de représentation du peuple australien, il a contrevenu à la souveraineté de la Malaisie, tout en usurpant le temps et les ressources de l’Australie alors qu’il interférait dans les affaires souveraines d’une nation étrangère.

Le racket de la « démocratie » et des « droits de l’Homme » utilisé par l’Occident pour déguiser ce qui est de fait un néo-impérialisme est en train de s’effondrer, sûrement à cause de son soutien borné à ce qui est maintenant clairement établi comme des terroristes d’Al-Qaïda massacrant des civils en Libye et en Syrie. Quand ceux-ci sont étiquetés « combattants de la liberté » faisant la promotion de la « démocratie », qu’est-ce que cela donne pour le Bersih et Anwar Ibrahim lorsque ceux-ci prennent de l’argent et soutiennent les mêmes intérêts qui soutiennent Al-Qaïda ailleurs ? Qu’est-ce que va devenir le sénateur Nick Xenophon pour avoir utilisé la réputation de l’Australie et ses ressources pour aider et supporter de telles personnes ?

Tony Cartalucci

Article original : Western « Exceptionalism » Crumbling as Aussie Senator Deported from Malaysia

Traduction : Résistance 71

7 réponses à “L’« exceptionnalisme » occidental s’effondre alors qu’un sénateur australien est expulsé de Malaisie

  1. Pingback: L’« exceptionnalisme » occidental s’effondre alors qu’un sénateur australien est expulsé de Malaisie | Autres Vérités | Scoop.it·

  2. comment expliqué vous votre article devant la guerre que mene l usa et ses allié contre alqaida en afganistan en iraq au yemen,en somalie et dernierment la france au mali???
    si vous pouvez m expliquer ,je vous serrais reconnaissant???
    cordialement.

  3. …((Le racket de la « démocratie » et des « droits de l’Homme » utilisé par l’Occident pour déguiser ce qui est de fait un néo-impérialisme est en train de s’effondrer, sûrement à cause de son soutien borné à ce qui est maintenant clairement établi comme des terroristes d’Al-Qaïda massacrant des civils en Libye et en Syrie….)))
    l article sous entend que les islamiste sont des agents de l empir comme il est mentionné dans le chapitre ci dessus??? or,on constate que la guerre est acharné entre ces deux parties:afganistan,pakistan,irak,soumalie,arrestations en france au canada,drone ici et labas,bref vous comprenez ce que je veux dire:)
    alors,copin copin ou pir ennemis,comme a dis le president hollande:ON VA LES DETRUIRE.
    si vous pouvez m aider a comprendre pourquoi certain ecrivain insiste a faire croire au public qu il sont des potes,et entre temps guantanamo est tjrs la pour dire le contraire????
    vous ne trouvez pas caa BIZARE????
    CORDIALEMENT

  4. moi aussi je vous invite a ecouter la video d un leader de l armé syrienne libre si vous maitriser la langue arabe.
    ce monsieur nous explique que les usa et la france donne une seul condition a l armé libre pour recevoir les armes et l argent,je vous laisse deviner c ‘est quoi cette condition.

    autre chose ,je ne suis pas d accord avec vous quand vous dite que il n ay apas de gentil et de mechand.
    qq un qui defond les terre de ses ancetre meme si il a des interet dans sa terre qui cache du petrol ca reste une cause noble et il est obligatoirement raison de se defondre?n ‘es pas
    par contre,un type ou meme un extra terrestre qui debarque pour sois disant t obliger a manger des lezard et t habiller en bleu et cultiver ton jardin de force,et comme il soif il boit l eaau de ta picsine,il est forcement l intru et il n a pas de place chez toi,alors le pir si il viole ta femme,ne me dis pas qu il n est pas mechant:)))
    pour finir,depuis homme et homme il y a le bien et le mal,et predir qu il n ya pas de gents qui font du mal aux autre c ‘est nier le diable et cette oligarchie sataniste banksters qui derige le monde de nos jours,or c ‘est faux,le bien existe,le mal existe,dieu existe,satan existe,et on va tous mourir,et chacun repondra de ses actes
    cordialement

    • Le bien existe, le mal aussi. Mais il ne faudrait pas oublier le pouvoir, l’argent, et les matières premières; et il est facile de constater que le bien et le mal s’écrasent devant ces trois mots. Chaque Etats sur la planète protége non pas son peuple, mais son idéologie. Exemple:
      La France est un des pays les plus nucléarisé de la planète, elle à donc besoin d’Uranium; du coup, elle va le chercher là où il est: au Mali. L’honneur est sauf, les français auront de quoi regarder le journal de JP Pernaut (je dis ça, mais j’aurai pu dire la star ac, c’est la même m…), mais dans le même temps, EDF est quasi privatisé. Du coup, nous qui avions l’électricité la moins chère d’Europe voyons le prix du KW exploser. Mais cette augmentation ne reflète en rien la hausse des matières premières. C’est juste pour faire du profit. Ceci était juste un exemple parmis d’autre. Idem pour les américains qui sont pret à tout pour defendre le fameuse (fumeuse?) American Way of Life; mais si il y a belle lurette qu’elle ne veut plus dire grand chose. Il n’y a qu’à demander au habitants de la Nouvelle Orléans (surtout les afro-américains) ce qu’ils en pensent.

      Pour en revenir au peuple syrien, la question qu’il faut se poser est de savoir si les syriens se sont soulevés pour faire tomber Assad (un genre de printemps arabe), ou si on leur a fait croire que la révolte était déjà là en lachant une bande de dégénérés soit-disant libérateurs pilotés par l’occident et israël, plus le Qatar et l’Arabie. Il s’emblerait, à la lecture des infos glanées ça et là, que l’empire l’ai dans l’os, et que le peuple syrien; peut-être pas dans sa globalité; se soit soudé autour de leur président, qui, par le fait, va etre plus dur à faire tomber.

      Pour finir, en ce qui concerne dieu et satan, il est ironique de constater que si les peuples ne sont pas tous d’accord sur la religion, dieu et le paradis, en revanche le diable se situe toujours chez leurs ennemis, ce qui les améne à leur faire la guerre. A noter aussi qu’il existe un pays ou le bien et le mal cohabitent: israël. Le paradis pour les sionistes, l’enfer pour les Palestiniens!

Les commentaires sont fermés.