Téléchargement. Impression 3D… et feu à volonté ?


par Charles Bwele pour Electrosphère

Imaginez une Amérique dans laquelle tout le monde télécharge et fabrique son arme à feu à domicile. Point besoin de connaissances techniques, d’une licence professionnelle ou d’un permis de port d’armes : une imprimante 3D suffit amplement.

Cody Wilson

Etudiant en deuxième année de droit à l’université du Texas, passionné des armes à feu et maître d’oeuvre du Wiki Weapon Project, Cody Wilson a rassemblé un groupe d’ingénieurs et de designers – sous la dénomination Defense Distributed – afin de concevoir un calibre 22 long rifle imprimable en 3D.

Dès ses premières heures de présentation sur Indiegogo, le projet récolta 2000 dollars et bénéficia d’une publicité virale conséquente, puis fut supprimé par la plate-forme 2.0 de crowdfunding qui gela également les sommes versées. Motif: le Wiki Weapon Project portait sur les armes à feu et violait tant sa politique que sa culture d’entreprise orientée essentiellement vers des projets à vocation sociale, humanitaire ou culturelle.

Cody Wilson fit valoir que son projet n’a aucun but lucratif et qu’il vise simplement à financer un modèle 3D d’arme à feu gratuitement téléchargeable et imprimable par quiconque. Defense Distributed transféra son oeuvre sur Bitcoin (à la fois monnaie virtuelle et plate-forme monétique décentralisée opérant hors des circuits bancaires) et récolta plus de 25 000 dollars à la fin 2012.

Aux Etats-Unis, la fabrication à domicile de pistolets, de revolvers et de carabines demeure parfaitement légale (certains états comme le Texas faisant preuve d’une tolérance élargie) tant qu’elles sont destinées à un usage exclusivement personnel. Le partage, l’achat et la vente de ces armes faites maisons sont strictement interdites et leur enregistrement n’est guère nécessaire. Par ailleurs, l’impression 3D de fusils d’assaut, de fusils à canon scié, de lance-missiles portables (MANPADS) et d’explosifs est également interdite et leur fabrication par une société industrielle requiert une autorisation préalable du gouvernement fédéral.

En 1998, le Congrès vota l’Undetectable Firearms Act stipulant que toute arme à feu fabriquée ou vendue sur le territoire américain doit contenir au moins 3,7 onces d’acier. Cette loi dut beaucoup à la polémique entourant le fameux pistolet Glock dont certains éléments en plastique passaient inaperçus aux détecteurs de métaux et aux scanners à rayons X lors des contrôles aéroportuaires.

Au cas où le Congrès « omettrait » de renouveller cette loi qui expire en décembre 2013, Defense Distributed serait en partie soulagé pour l’avenir de son bébé mais recevra très probablement une visite de l’ATF (Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives) avant cette date.

Cody Wilson a-t-il songé à transférer son projet (serveurs, documentation, site Web, centre de fabrication, etc) vers un ou plusieurs pays moins regardants sur les armes à feu ?

Toutefois, on peut s’interroger sur la fiabilité réelle d’une arme à feu imprimée en 3D. Quel type d’obus utilisera-t-elle ? Sa conception 100% plastique pourra-t-elle absorber et résister à la combustion brutale de la poudre et des gaz à haute pression (qui poussent le projectile dans le canon) au moment du tir ? Fonctionnera-t-elle une seule et unique fois ou sera-t-elle aussi réutilisable qu’une arme à feu classique faite de métal ?

Au-delà des aspects techniques et juridiques, le Wiki Weapon Project soulève des questions tant sur les plans éthiques, criminels que sociopolitiques.

Dans une Amérique où le port d’armes à feu est à la fois libre, très répandu et relève véritablement d’un droit constitutionnel, qu’adviendra-t-il si les imprimantes 3D personnelles/professionnelles devenaient aussi populaires que les bonnes vieilles imprimantes laser/jet d’encre ? Le téléchargement et l’impression 3D de modèles (payants ou open source) d’armes à feu deviendront-ils la nouvelle passion américaine? Comment réagira la National Rifle Association – l’incontournable et très puissant lobby des armes à feu – face à ce diable qu’elle n’attendait point ? Élèves et étudiants imprimeront-ils massivement des armes à feu afin d’en découdre définitivement avec leurs camarades ?

Une chose est sûre: le Wiki Weapon Project a déclenché une disruption technologique, industrielle et légale sans précédent dans la fabrication et l’usage des armes à feu… aux Etats-Unis et nulle part ailleurs ? Nul doute des émules plus novatrices et plus sournoises verront le jour plus tôt que tard.

Charles Bwele

Source : Electrosphère

Une réponse à “Téléchargement. Impression 3D… et feu à volonté ?

  1. « Toutefois, on peut s’interroger sur la fiabilité réelle d’une arme à feu imprimée en 3D. Quel type d’obus utilisera-t-elle ? Sa conception 100% plastique pourra-t-elle absorber et résister à la combustion brutale de la poudre et des gaz à haute pression (qui poussent le projectile dans le canon) au moment du tir ? Fonctionnera-t-elle une seule et unique fois ou sera-t-elle aussi réutilisable qu’une arme à feu classique faite de métal ? »
    Pour l’instant, la production 3D est polymère mais cela évoluera. Seul le coût énergétique et des matières premières seront plus élevés, dans un premier temps.

    Dans le même genre de risque, vous avez les Bio-hackers spécialisés ou pas, dans les virus et autres organismes incontrôlés ou incontrôlables … Tout le monde n’a pas un labo P4 dans son garage !

Les commentaires sont fermés.