L’Union européenne meurt-elle de sa vassalité avec les États-Unis ?


Quelques évidences à rappeler

L’Union européenne s’enferme dans un système de subventions avec des règles de marchés dont les effets sont très violents. Pendant ce temps de très nombreux États ont recours à des fonds souverains pour sécuriser leurs entreprises (surtout pour des marchés stratégiques).

L’Union européenne connait une crise majeure où les populations sont étranglées par l’augmentation croissante des impôts et une récession grandissante. Est-il judicieux, normal, juste que les européens payent pour le développement des entreprises et économies étrangères ? Peut-on encore justifier les attaques (et souvent destructions) dont sont victimes les entreprises européennes, du fait des subventions, par les fonds d’investissements étrangers (souverains ou non) ? L’Europe peut-elle se permettre de fragiliser encore son tissu économique intérieur en étranglant les citoyens et en abandonnant les entreprises ?

À l’heure de cette crise sans précédent, on est droit de s’interroger sur les choix économiques de l’Europe. L’industrie est en chute libre, le commerce extérieur des pays européens est plus que défaillant et le marché de l’emploi périclite dangereusement. L’usage de vingt années de marché commun démontre que le système économique (monnaie unique forte, cadre réglementaire européen de la concurrence, aides d’États, …) de l’Union avantage clairement le plus fort, ne laissant aux États membres restants d’autre choix que de creuser les déficits afin de maximiser le commerce extérieur du plus performant. Le dumping fiscal et social fausse la concurrence et met en péril toute l’économie européenne.

L’autisme entretenu par le discours libéral exporté des États-Unis

Face à des enjeux stratégiques de redéfinition de l’économie, le reste du monde s’arme et recourt massivement à un protectionnisme étatique, parfois à peine déguisé. La sécurisation des industries nationales devient une règle, les attaques de concurrents se font de plus en plus agressives et violentes. Pourtant l’Union européenne s’accroche, comme un naufragé à un morceau de plomb, à une politique économique intérieure suicidaire : le libre-échange extrême associé à une concurrence exacerbée et dangereuse pour les entreprises européennes.

En effet l’investissement et l’obtention de subventions sont régis par une logique de solidarité (sans doute justifiée si elle est réfléchie) entre les territoires. Tout cela implique que si les entreprises de l’ouest n’investissent pas dans les régions de l’est, le concurrent (pouvant être étranger à l’Europe !) obtient les subventions européennes s’il investit dans les pays de l’est de l’Europe, pouvant alors bénéficier de dumpings fiscaux et/ou sociaux. L’investisseur étranger bénéficie alors d’un avantage majeur pour attaquer les marchés intérieurs de ses concurrents de l’Europe de l’ouest sans aucune barrière douanière. Sous couvert de solidarité entre États membres, les contribuables de l’ouest financent généreusement les subventions et donc les investissements d’entreprises n’ayant aucun lien avec l’Europe. La Chine peut ainsi bénéficier de subventions européennes lorsqu’elle a investi, avec son fond souverain, en Europe de l’est. Il ne faut surtout pas oublier qu’une subvention n’est autre qu’une aide financière en don réel faites à partir des fonds publics, eux-mêmes entretenus par les contribuables européens. Ce système contre-productif est clairement une pure perte financière.

Il serait temps de profiter de cette crise pour faire évoluer les règles des aides d’État et autres carcans afin de permettre la construction de véritables politiques industrielles communes. La création d’un fond souverain européen ne peut-elle pas enfin être envisagée comme une solution pertinente et viable ?

4 réponses à “L’Union européenne meurt-elle de sa vassalité avec les États-Unis ?

  1. a l’auteur de ce blog (si bien fait !) vous êtes fichés comme site « conspirateur » par le site pro-israelien, http://www.conspywatch.org/ faite attention, ils prétendent que tous les résistants aux banques, lobbies, Etats et organisations, sont des conspirateurs contre « eux  » la force de l’Empire (l’An pire !) voir aussi http://www.indymedia-paris-ile-de-france.org tenue par Anne Marie Boutoleau alias Ornella Guyet pigiste dans un journal catholique dit de gauche (?) elle fait des dégâts sur Rebellyon.org, ArtXI, et fafwatch. antichambres de l’Etat d’Israel ! Le site ReflexeS.fr, tenu par Jean-Yves Camus est lui aussi ami de BHL et ses potes de la Règle du jeux ! Bien à vous !

  2. un autre site qui liste et fait des black-listes : http://www.contresubversion.org tenu par Joseph Koba (pseudo !) et son ami Soliranparis, qui sont des sayanims. Ils font des copies d’écran, car ils sont pour l’intervention de l’OTAN en Syrie, comme avant en Lybie. Ils listent les mauvais et vous dénigrent voir vous accuse d’antisémitisme donc négationnisme. Joseph Koba est sur facebook aussi. Warning !

Les commentaires sont fermés.