Selon un journal turc, l’obus de mortier tiré sur Akçakale est un modèle de l’OTAN dont la Turquie a « fait cadeau » aux rebelles syriens


par Russia Today

Le mortier utilisé pour attaquer la ville turque de Akçakale est un modèle spécifique à l’OTAN et a été donné aux rebelles syriens par Ankara selon le journal turc Yurt. Le mortier a tué un adulte et quatre enfants de la même famille mercredi dernier.

Merdan Yanardag, le rédacteur en chef du journal, affirme dans l’éditorial, que le journal a reçu d’une source sûre l’information selon laquelle la Turquie elle-même avait envoyé les mortiers aux rebelles de la soi-disant « armée libre. »

« La Turquie est membre de l’OTAN depuis longtemps et elle agit en étroite coordination avec les autres puissances de l’OTAN et par conséquent il n’est pas surprenant que cela se soit produit », a dit Abayomi Azikiwe, le rédacteur en chef du de la chaîne d’information Pan-African à RT.

L’OTAN a jusqu’à présent évité de s’impliquer militairement dans le conflit mais selon Azikiwe l’Alliance est entièrement partie prenante de toutes les décisions de la Turquie.

Pour lui :

« Ankara ne prend aucune décision militaire et n’envisage aucune action stratégique en dehors des forces de l’OTAN avec qui la coopération est totale. »

Lundi, la Turquie a lancé des représailles contre la Syrie pour le sixième jour consécutif, après qu’un mortier en provenance de la Syrie se soit écrasé dans la province de Hatay en Turquie.

Le président de la Turquie a déclaré que l’armée prendrait toutes les mesures nécessaires pour défendre les villes des frontières du pays.

« Des évènements terribles se déroulent actuellement en Syrie… Notre gouvernement est en contact permanent avec l’armée turque. Vous voyez que nous faisons tout de suite ce qu’il faut faire et nous continuerons à le faire », a déclaré le président Abdullah Gul lundi dernier.

Mais il n’y a pas que les leaders turcs qui donnent leur avis sur le conflit.

Lundi dernier, Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, a parlé des graves conséquences sur la région que le conflit pouvait avoir.

« L’escalade du conflit sur la frontière turco-syrienne et l’impact de la crise sur le Liban sont extrêmement dangereux », a dit Ban à l’ouverture du Forum Mondial pour la Démocratie à Strasbourg en France.

Les échanges de feu ont commencé mercredi dernier quand des éclats de mortier syriens ont tué une femme et quatre enfants de la même famille à Akçakale.

Beaucoup de personnes craignent que la situation ne dégénère en un conflit régional ; Selon l’analyste politique Dan Glazebrook, Ankara essaie d’attirer l’OTAN dans une guerre contre la Syrie.

« Les [Turcs] qui savent que les rebelles sont en train de perdre la bataille essaient de les aider à maintenir leurs positions en bombardant la Syrie pour qu’ils continuent à se battre », a dit Glazebrook à RT. « Mais selon moi, ils espèrent aussi pousser l’OTAN à agir et à déclencher une sorte de blitzkrieg, ce qui serait la seule manière d’assurer la victoire des rebelles dans l’état actuel des choses. »

Russia Today

Article original : Misfire: NATO mortar ‘gift’ from Turkey to Syrian rebels – newspaper

Traduction : Dominique Muselet pour Info-Palestine

8 réponses à “Selon un journal turc, l’obus de mortier tiré sur Akçakale est un modèle de l’OTAN dont la Turquie a « fait cadeau » aux rebelles syriens

  1. On s’en doutais! il est dans « la merde » le PM, tant mieux à vouloir jouer avec le feu celui-ci va le brûler.

  2. souvenez vous de la carte moyen orient , après … c’est toujours pareil … évhémère : la turqui rentrerait dans l’ ue uniquement après une indépendance du kurdistan … cela enleve 20 millions d’habitants musulmans … … rien ne change déclancher un conflit en créant un agresseur , la recette est ancienne ..😦

  3. C’est à voir : Saddam Hussein avait réussi à signer un traité de paix avec la fraction kurde d’Irak au moment de son arrivée au pouvoir dans les années 70 !… Les Turcs peuvent très bien faire de même , en accordant aux Kurdes, des pouvoirs d’une vaste autonomie !… Suffisamment pour mettre l’Union Européenne en porte à faux avec ses propres constituants !…

  4. Je vois difficilement la Turquie entrer en guerre sans l’OTAN, et si l’OTAN entre en guerre, nous savons tous ce que cela signifie: implication directe des Etats-Unis obligeant les russes et d’autres à s’impliquer. Je ne crois pas que Washington soit prêt à aller jusque là. Mais wait and see.

  5. pareil pour le coup de piraterie de l’avion syrien … l’avion civil transportait des composants de radars antimissille , le fait de dire qu’il y avait des soupçons ça a légitimé l’acte
    j’en déduis deux chose
    1- si la turquie avait fait atterrir l’avion sous ordre du pentagone c’est qu’ils ont des agents ayant accés aux infos sensibles, et je ne sais pas si c’est un coup russe de mettre de tel matériels dans l’avion pour déceler toutes les taupes, en tous cas les prochains jours vont être déterminant
    2- je crois que même s’ils savaient que l’avion transportait des munitions ils l’auraient même pas intercepté car ils savent à quel point les sino-russe sont determinés contre toutes intervention militaire que ça soit par agréssion ou acte légitimes donc les sino-russes n’hésiteront pas à mettre les pattes dedans … donc ils ont interceptés l’avion en vue de s’accaparer des composants de radar antimissille et l’étudier

    • C’est une hypothèse tout à fait plausible. Mais alors ça nous ramènerait en pleine Guerre Froide. Dans ce cas, l’OTAN ferait bien de se souvenir des leçons du passé. Je pense particulièrement à cet épisode du tunnel que la CIA a mis des mois à creuser sous le Mur de Berlin pour pour arriver sous les locaux du KGB. Ces tunnels furent découverts après la chute du Mur. Seulement voilà, les soviétiques étaient parfaitement au courant, depuis le début, de l’existence du tunnel. Ils ont pu ainsi organiser de vastes opérations d’intox que la CIA prenait pour argent comptant.
      Dans ces jeux-là, on sait que l’avantage est du côté russe. Et ce n’est pas James Bond ou OSS 117 qui y changeront quelque chose.

  6. Le détournement de l’avion consitue un casus belli : les Russes peuvent désormais légalement saisir tous les biens turcs qu’ils veulent, les tribunaux occidentaux ne pourront que dire amen !…

Les commentaires sont fermés.