Le CNS a-t-il perdu sa voix ?


par Shane Farell pour Now Lebanon

La démission de l’intellectuelle Bassma Kodmani du Conseil national syrien a mis en évidence les nombreuses divisions qui déchirent l’opposition au régime de Bachar El-Assad.

Le Conseil national syrien [CNS, l’organe de l’opposition] a enregistré un nouveau revers, mardi 28 août, avec la démission de sa responsable des relations extérieures, Bassma Kodmani. “Le CNS n’était pas capable de faire face aux défis grandissants sur le terrain et n’était pas, dans ses actions, à la hauteur de ce que j’attendais,” a déclaré le lendemain à Reuters cette universitaire installée à Paris, l’une des rares femmes membres du CNS. Bassma Kodmani a par ailleurs accusé certains membres de l’organisation de privilégier leurs propres intérêts personnels et partisans à ceux du CNS dans son ensemble.

Des critiques qui n’ont rien d’inédit : plusieurs autres membres du CNS, dont Haitham al-Maleh et Kamal al-Labwani, démissionnaires en février, avaient porté des accusations semblables. Le Conseil national syrien est aussi montré du doigt pour sa proximité avec les Frères musulmans et pour son manque de liens avec les manifestants anti-Assad et les rebelles présents sur le terrain en Syrie.

Certains observateurs, tel Joshua Landis, professeur à l’université de l’Oklahoma, voient dans cette démission une preuve supplémentaire de l’inutilité du CNS. « Plus personne ne fait attention au CNS : si le président français, François Hollande, a déclaré que Paris reconnaîtrait officiellement un gouvernement provisoire syrien, qui inclurait probablement le CNS, aucun autre chef d’Etat ne lui a emboîté le pas« , insiste-t-il. Pour Joshua Landis, le problème principal est à lire “entre les lignes” dans les propos tenus par Bassma Kodmani : “Personne ne pense que le CNS bénéficie d’un quelconque soutien sur le terrain.”

« Le CNS n’est plus rien »

Une enquête menée auprès de Syriens réfugiés au Liban durant le conflit semble confirmer les propos de Joshua Landis. Dans la liste des groupes d’opposition les plus connus des personnes interrogées, le CNS n’arrive qu’en sixième place. La majorité des sondés, interrogés entre mai et juin 2012, venait du gouvernorat de Homs [nord-ouest de la Syrie].

Le militant syrien Maher Esber, installé au Liban, se montre plus dur encore à l’égard du CNS. Réagissant à la démission de Bassma Kodmani, il déclare : “Evidemment, c’est un revers, mais cela fait quelque temps déjà que le CNS n’est plus rien. Il a déjà tout perdu.”

Pour Maher Esber, Bassma Kodmani a démissionné parce qu’elle se sentait mise à l’écart au sein du CNS. C’est sous la direction de Burhan Ghalioun [premier président du CNS] qu’elle avait été nommée porte-parole du Conseil et membre du Comité exécutif. Mais depuis l’arrivée à la tête du CNS d’Abdelbaset Sayda, qui a succédé à Ghalioun en juin, l’universitaire a vu son rôle considérablement réduit, assure Maher Esber : “Elle a été la cible de nombreuses attaques ces derniers temps, d’où sa démission.”

Nous n’avons pas réussi à joindre Bassma Kodmani pour lui demander de s’expliquer sur les circonstances de sa démission. Dans son entretien à Reuters, elle affirme que le CNS a fait son temps. Pour elle, un nouvel organe politique doit voir le jour, intégrant d’autres groupes d’opposition ainsi que l’Armée Syrienne Libre (ASL), appellation vague désignant l’ensemble des unités militaires rebelles. “Je suis convaincue que l’ASL est prête à passer sous l’autorité d’un organe politique, et je pense que nous n’en avons pas assez fait en ce sens”, a expliqué Bassma Kodmani à l’agence de presse.

Le faible soutien des Occidentaux

Cependant, pour Nadim Shehadi, chercheur auprès du groupe de réflexion britannique Chatham House, les pays occidentaux doivent assumer leur part de responsabilité dans les échecs du CNS : “les Occidentaux ont manqué à leurs devoirs envers le CNS en ne lui accordant pas la légitimité nécessaire et en lui refusant le soutien logistique approprié”, estime-t-il.

Interrogé par téléphone, Nadim Shehadi souligne qu’il est compréhensible que les groupes d’opposition syriens, privés de représentation politique depuis quarante ans, soient encore divisés. Les Occidentaux ont fait deux poids deux mesures, déplore-t-il, en reconnaissant le Conseil national de transition comme unique représentant du peuple libyen, et en refusant d’en faire autant avec le CNS, au seul motif qu’ils n’ont aucune envie d’intervenir en Syrie – et les divisions de l’opposition ne sont qu’un prétexte de plus à leur inaction.

Le plus grand défi du CNS, depuis qu’il a été créé, est de conquérir une légitimité, tant à l’intérieur de la Syrie que sur la scène internationale. La démission de Bassma Kodmani l’éloigne encore un peu plus de ce but.

Shane Farell

Article original : Has the SNC lost its voice ?

Traduction : Courrier international

2 réponses à “Le CNS a-t-il perdu sa voix ?

  1. Pingback: Le CNS a-t-il perdu sa voix ? | Autres Vérités | Scoop.it·

Les commentaires sont fermés.