L’électorat juif, ce n’est pas le lobby juif et encore moins sioniste


par Mounadil al Djazaïri

Il existe un mythe autour de l’électorat juif aux Etats-Unis.

On a déjà eu l’occasion de le dire sur ce blog, non seulement l’électorat juif est numériquement faible, même s’il peut représenter un apport intéressant dans certains Etats, mais cet électorat, en admettant qu’il existe en tant que tel, se détermine avant tout sur des thématiques communes à l’ensemble de l’électorat des Etats-Unis.

Nuançons: cet électorat tend à être plus libéral, c’est-à-dire à gauche dans le vocabulaire politique américain, que la population générale.

Une enquête d’opinion citée par The Economist observe en effet que :

Parmi les communautés religieuses des Etats-Unis, les Juifs tendent plus à s’identifier eux-mêmes comme libéraux [progressistes, de gauche]. 77 % des Juifs Américains étaient opposés à la guerre contre l’Irak, un plus fort pourcentage que chez les sans religion (66 %) et l’opinion publique américaine dans son ensemble (52 %).

De fait,

depuis 1972, les candidats démocrates à la présidentielle ont reçu entre 64 % et 80 % des suffrages juifs sauf en 1980 quand Jimmy Carter en avait obtenu 45 %, Ronald Reagan 39 % et John Anderson 14 %. En 2008, le vice-président de la campagne républicaine destinée à convaincre les Juifs prédisait 40 % du vote juif pour John McCain; M. Obama avait obtenu 78 % des suffrages juifs.

Et malgré tout le tintamarre fielleux déversé aussi bien à Washington qu’à Tel Aviv sur le manque de soutien d’Obama à l’Etat sioniste, 56 % des électeurs juifs jugent positivement l’actuel président sous cet aspect tandis que Romney recueille à peine 16 % d’avis favorables (malgré son attitude outrancièrement lèche-bottes vis-à-vis de Benyamin Netanyahou).

De toute façon, comme on l’a dit, les électeurs juifs aux Etats-Unis ont des motifs de préoccupation assez semblables à ceux de leurs compatriotes non juifs et le sort de l’entité sioniste n’apparaît nullement comme une priorité à leurs yeux.

Ce tableau énumère ce qui détermine le vote des électeurs juifs.

En effet, le sort de l’entité sioniste vient seulement au huitième rang de leurs préoccupations loin derrière l’économie, le système de santé, les finances publiques, la protection sociale et la fiscalité.

Des électeurs comme les autres donc, et qui sont à une écrasante majorité (83 %) en faveur d’une solution de paix à deux Etats, même si, pour 67 % d’entre eux, cela impliquait que les Etats-Unis manifestent publiquement leur désaccord avec l’entité sioniste.

Mais la réalité, c’est que ce ne sont pas tant les électeurs que les appareils politiques courtisent, mais plutôt l’argent des milliardaires juifs et tous leurs réseaux d’influence et médiatiques qui, s’ils ne peuvent garantir complètement la victoire électorale aux élections nationales ou locales (qu’il ne faut surtout pas oublier), sont un plus incontestable et parfois décisif.

Mounadil al Djazaïri

Source : Mounadil al Djazaïri