Les victimes silencieuses des sanctions contre l’Iran


par Kourosh Ziabari pour Salem News

Les va-t’en-guerre occidentaux à l’oeuvre tentent désespérément de créer la Troisième Guerre mondiale.

 

Alors que les États-Unis et l’Union européenne se font farouchement concurrence dans une course apparemment sans fin pour imposer des sanctions à l’Iran, les citoyens iraniens ordinaires subissent de plein fouet les impacts les plus durs de cet impitoyable embargo.

Le 31 juillet, l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) a envoyé une lettre à tous les membres du Congrès des États-Unis, exigeant une action concertée visant à approuver The Iran Threat Reduction (plan de réduction de la menace iranienne) et le Syria Human Rights Act qui imposent entre autres, une nouvelle série de sanctions sur les secteurs énergétiques et des transports de l’Iran.

Le 1er août, les médias ont rapporté que le Congrès a ratifié le projet de loi et que celui-ci attend d’être signé par le président.

L’Iran subit déjà 6 séries de sanctions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Les sanctions sont prétendument destinées à prévenir Téhéran d’acquérir l’arme nucléaire.

Les sanctions du Conseil de sécurité comprennent :

  • un gel des avoirs internationaux de l’Iran,
  • la fermeture des succursales des banques iraniennes dans d’autres pays,
  • une interdiction d’exporter du matériel au profit des installations nucléaires et militaires de l’Iran,
  • une interdiction des investissements dans le pétrole iranien, comme dans le gaz et de la pétrochimie,
  • une interdiction de relations d’affaires avec le Corps des gardiens de la révolution islamique, une interdiction des opérations bancaires et d’assurance -des restrictions de voyage pour des hauts responsables gouvernementaux et militaires.

Les États-Unis, Israël et les pays de l’UE ont longtemps accusé l’Iran de chercher à fabriquer des bombes nucléaires, une accusation que l’Iran a constamment et catégoriquement niée. L’Iran affirme avoir besoin d’une énergie nucléaire civile pour répondre à ses besoins croissants en énergie, et maintenir son économie à flot, surtout du fait que l’Iran est un pays essentiellement dépendant des combustibles fossiles pour ses besoins en énergie et ses revenus.

Les États-Unis et ses alliés, en réponse, ont pénalisé l’Iran avec de cruelles sanctions économiques afin de tenter d’empêcher toute éventualité que l’Iran acquiert des armes nucléaires.

Le 23 janvier 2012, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont convenu d’imposer un embargo pétrolier multilatéral contre l’Iran. L’embargo sur le pétrole qui interdit aux pays d’Europe d’acheter du brut à Iran, est entré en vigueur le 1° juillet.

Ce que les responsables occidentaux prétendent en public, c’est que les sanctions visent à punir le gouvernement iranien et à le dissuader de travailler à acquérir des armes nucléaires. Ce qui se passe dans la réalité, cependant, est que les sanctions dites « intelligentes » sont directement tombées comme une tonne de briques sur le peuple iranien, et transforment leur vie en une terrible odyssée de lutte pour leur survie dans une économie en grande difficulté.

Même les médicaments…

Les sanctions ont dévasté la vie quotidienne du peuple iranien en amenant le prix des biens de consommation de base à une hauteur vertigineuse, ce qui fait par exemple que les étudiants à l’étranger ne peuvent plus obtenir d’aide financière de leurs parents en Iran, qu’il est impossible pour les entreprises privées de faire des transactions internationales et qu’il est extrêmement difficile pour les Iraniens d’obtenir un visa pour voyager dans les pays étrangers. Les « sanctions intelligentes » incluent même une interdiction d’exporter des médicaments et des produits alimentaires vers l’Iran.

Dans les semaines précédentes, j’ai voulu faire comprendre à mes éditeurs dans certains journaux politiques américains que certains médicaments sensibles ainsi que les produits agricoles ne pouvaient pas être exportés vers l’Iran en raison des sanctions. Ils ne me croyaient pas, me disant que ces opérations étaient en train de se faire en douceur. Mais maintenant, je pense qu’ils ont des preuves tangibles disponibles, qui confirment que les sanctions sont en train de détruire la vie quotidienne des plus pauvres, des Iraniens sans défense qui doivent payer le prix pour l’animosité d’Israël et de l’Occident à l’égard de leur gouvernement.

Le 6 mai, Radio Free Europe/Radio Liberty a relevé que le quotidien réformateur iranien Shargh écrivait que l’exportation de beaucoup de médicaments vitaux vers l’Iran avait été interdite en raison des sanctions. Parmi les médicaments que l’Iran n’est pas capable de produire, se trouvent ceux pour le traitement du cancer, pour les problèmes cardiaques et respiratoires, la thalassémie et la sclérose en plaques.

Des sanctions qui sont des crimes contre l’humanité

Hamid Reza Emadi, un commentateur politique basé en Iran confirme également que la dernière série de sanctions imposées à l’Iran il y a quelques jours à peine, a une incidence directe sur la vie des Iraniens qui ne sont en rien impliqués avec le programme nucléaire du pays. « Cette nouvelle initiative prise par le Congrès américain montre à quel point Washington est frustré. À présent il va intensifier sa pression sur les civils iraniens en empêchant le pays d’importer des produits agricoles […] L’Iran est un importateur de céréales et les États-Unis le savent, et en créant des obstacles sur la voie des exportations de céréales vers l’Iran, les États-Unis sont clairement en train de commettre des crimes contre l’humanité, car ces interdictions ne touchent que les Iraniens ordinaires qui n’ont rien à voir avec le programme national de l’énergie nucléaire », a déclaré Emadi dans une interview avec Press TV.

« N’oubliez pas qu’il ne s’agit pas seulement des produits agricoles ; les États-Unis exercent une pression maximale sur les banques internationales qui font des affaires avec l’Iran, et par conséquent les sociétés iraniennes pharmaceutiques ne peuvent pas importer certains médicaments vitaux », a-t-il ajouté.

Le conseil d’administration de la Société iranienne de l’hémophilie a informé la Fédération mondiale de l’hémophilie que la vie de dizaines de milliers d’enfants était menacée par le manque de médicaments appropriés, une conséquence des sanctions économiques internationales imposées à la République islamique.

Le Dr. Ron Paul, un élu du Congrès et originaire du Texas, a qualifié les récentes sanctions d’« acte de guerre », affirmant que le projet de loi aurait mieux fait d’être appelé « Loi 2012 de l’obsession de l’Iran. »

« Quand vous appliquez des sanctions à un pays, c’est un acte de guerre, et c’est ce dont il est question ici, » a-t-il dit.

Aux États-Unis, certains groupes pacifistes et des organisations comme « Les Vétérans pour la Paix » et « Les Amis du Comité sur la législation nationale » ont demandé au gouvernement américain de mettre un terme à ses séries de sanctions contre l’Iran. Ces groupes considèrent les sanctions comme une déclaration de guerre totale contre l’Iran.

Mais il semble que ces groupes pacifistes vont faire face à une tâche difficile pour se faire entendre par le Congrès américain et les gens de la Maison Blanche qui semblent vouloir mordicus porter un coup mortel à l’Iran.

L’association « Les Vétérans pour la Paix » vient de publier une déclaration, disant que les sanctions et les menaces de frappes militaires ne sont des solutions ni viables ni logiques à la crise nucléaire avec l’Iran.

« Les États-Unis, l’Union européenne et Israël exploitent le programme nucléaire civil iranien comme une excuse pour imposer des sanctions économiques dévastatrices contre le peuple d’Iran. Selon diverses sources, les sanctions ont déjà fait des ravages sur l’économie iranienne, conduisant à des taux d’inflation entre 50 et 100 %. Le taux de chômage des jeunes est aujourd’hui de plus de 22 %, la production nationale de l’Iran est à 40 % de sa capacité. Il y a de massives fermetures d’entreprises et les licenciements sont généralisés. Les exportations de pétrole iranien ont diminué de 40 % en 2012, générant une perte de 32 milliards de dollars en revenus pétroliers rien que depuis l’année dernière, » explique la déclaration.

Israël, État-voyou disposant de tout un arsenal de bombes atomiques

Le groupe a appelé à un Moyen-Orient dénucléarisé, dans une apparente allusion à l’arsenal nucléaire d’Israël. Avec l’Inde et le Pakistan, Israël est le seul pays au monde qui n’est pas signataire du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. À la fin des années 1990, les services américains du renseignement ont estimé qu’Israël possédait entre 75 et 130 bombes atomiques.

L’Iran connaît actuellement des moments difficiles, et ses habitants subissent une pression croissante dans leurs vie quotidienne. L’économie iranienne est au bord de la faillite à la suite des sanctions économiques dévastatrices et la communauté internationale est calmement et silencieusement le témoin de la souffrance du peuple iranien. Les sanctions anti-iraniennes sont en contradiction flagrante avec les principes des droits de l’homme, mais il semble que ceux qui prônent ces valeurs ne croient pas que les Iraniens soient aussi des « êtres humains » qui pourraient peut-être disposer de quelques « droits », y compris le droit aux soins et aux médicaments, aux produits alimentaires, à l’emploi, et surtout au respect et à la dignité.

Kourosh Ziabari

Kourosh Ziabari est un jeune journaliste indépendant vivant en Iran. Il a publié book “7+1″ qui est une collection de ses interviews de 7 auteurs iraniens contemporains. Ziabari contribue au site http://www.Opednews.com. Il est aussi correspondant en Iran de OhMyNews international. Son blog en persan : http://kouroshz.blogfa.com et en anglais : http://cyberfaith.blogspot.com

Article original : Ordinary Citizens : the Silent Victims of Anti-Iranian Sanctions

Traduction : Claude Zurbach pour Info-Palestine

Une réponse à “Les victimes silencieuses des sanctions contre l’Iran

  1. Il en fut de même en Irak lors de la seconde guerre. Le pays avait perdu plus d’1, 5 million de personnes dont des enfants, faute de pouvoir manger et se soigner convenablement. Comment peut-on rester aveugle devant tant de souffrances. Un pays qui ne veux pas s’aligner sur Washington est jugé inapte à vivre. On condamne les gens sur un point politique. Nos pays dit démocrates sont en fait des pays de terroristes.

Les commentaires sont fermés.