Les dernières trouvailles des Républicains en politique étrangère


par Fedor Loukianov pour RIA Novosti

Mitt Romney et Paul Ryan sont officiellement devenus les candidats du parti républicain à l’élection présidentielle et à la vice-présidence. Evidemment, la bataille principale de la campagne électorale aura lieu dans le domaine économique. Après tout, la politique étrangère n’a jamais vraiment intéressé les électeurs américains.

Aujourd’hui, les Etats-Unis influent plus que jamais sur l’ensemble de la planète, mais en même temps, c’est d’elle qu’ils dépendent, et l’approche traditionnelle selon laquelle la majorité des Américains sont indifférents au monde qui les entoure ne correspond pas à la réalité. Et les particularités de l’équipe républicaine actuelle reflètent l’ambiguïté de la situation.

Par tradition, un des deux membres du duo présidentiel a une grande expérience en matière de politique étrangère ou s’intéresse au moins aux affaires internationales. Cependant, cette fois, ni Romney, ni Ryan ne peuvent le revendiquer.

Romney a entrepris plusieurs tentatives pour prouver que la politique étrangère et les questions stratégiques ne lui sont pas étrangères, et il a récemment notamment tenu un discours devant l’Association de vétérans des guerres à l’étranger et a fait une tournée en Israël et en Europe.

Un positionnement international clair n’a pas été décelé chez Mitt Romney. Il s’est plutôt avéré qu’il se basait sur la notion républicaine moyenne de la fin du XXe et du début du XXIe siècles, la moyenne arithmétique de Ronald Reagan et de George W. Bush. Peu de choses concrètes, principalement des incantations sur la nécessité de rétablir la grandeur absolue des Etats-Unis et de cesser de gémir au sujet de son déclin, chose que fait Barack Obama, selon les républicains. Romney est convaincu qu’il n’y pas d’alternative au leadership des Etats-Unis. D’ailleurs, c’est l’axiome de tout homme politique américain, mais la question est celle des moyens qu’ils sont prêts à employer. Le candidat évoque la rigidité et l’intransigeance, car assez récemment, un peu moins d’un quart de siècle en arrière, cette approche a apporté un grand succès aux Etats-Unis.

C’est de cette « image du passé » que découle également l’attitude particulière et surprenante pour notre époque de Mitt Romney envers Moscou. Il a déjà qualifié à maintes reprises la Russie de « principal ennemi géopolitique » des Etats-Unis, rendant confus même ses partisans – on peut avoir une attitude négative envers la Russie et son gouvernement autant qu’on veut, mais l’époque où elle était « l’ennemi numéro 1 » est irrémédiablement révolue. Les Etats-Unis doivent faire face à une autre kyrielle de défis et de menaces, et si Moscou pourrait en faire partie, il est loin d’être sur la liste des priorités. Instinctivement, Romney voudrait revenir à l’ancien modèle bipolaire, lorsque tout était clair et simple. Après tout, la principale difficulté aujourd’hui est précisément l’incertitude, la situation stratégique floue, les lignes de fronts effacées. On ignore qui fait partie des siens et qui sont les ennemis, ou plus précisément ils changent rapidement de camp.

Le journaliste néoconservateur Bob Kagan est considéré comme l’idéologue de la politique étrangère de Mitt Romney. Il y a dix ans, il a mis une croix sur la fraternité transatlantique, en dévoilant une divergence idéologique et mentale entre les Etats-Unis et l’Europe (les Américains viennent de Mars, les Européens viennent de Venus), ce qui a servi à l’époque d’argument pour des actions unilatérales de Washington sur l’arène mondiale. Quatre ans plus tard, ce même Kagan a appelé, au contraire, à l’union du Vieux Continent et du Nouveau Monde face à la croissance du « capitalisme autoritaire« , incarné par la Chine et la Russie. En fait, c’était reconnaître l’erreur de l’ancienne affirmation disant que les Etats-Unis n’ont besoin de personne.

Dans son livre récemment publié intitulé The World America Made (Le Monde que l’Amérique a fait), Kagan n’accorde plus beaucoup d’attention au « capitalisme autoritaire » (depuis le temps, il s’est avéré que c’était une notion inventée artificiellement), mais au développement de pôles alternatifs incarnés par le BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) et la nécessité de contrer les atteintes au leadership américain. Aujourd’hui, Kagan n’est plus aussi déterminé qu’il y a dix ans, lorsqu’il affirmait que la « puissance douce » (soft power) était une autre appellation de la faiblesse, et que la force militaire était une solution à tout. La nouvelle approche – c’est Bush light, est la reconnaissance que les Etats-Unis ne parviendront pas à atteindre leurs objectifs seulement par la pression brutale, mais qu’un travail est nécessaire pour conquérir les esprits.

Le livre de Kagan n’est pas le programme électoral de Mitt Romney, mais ils s’accordent sur un point central. Il faut faire barrage par tous les moyens à l’idée du déclin des Etats-Unis qui se répand dans le monde, ce qui implique l’intransigeance. C’est la divergence principale avec le point de vue de Barack Obama sur les affaires internationales, qui estime que les USA doivent faire preuve de souplesse et faire des compromis avec lesdits pôles alternatifs afin d’affirmer leur leadership. Quoi qu’il en soit, ni Romney, ni Kagan n’ont aucune idée claire sur la façon dont les Etats-Unis doivent atteindre leurs objectifs dans le nouveau monde, et utilisent principalement des slogans.

Le choix du candidat à la vice-présidence est révélateur. Les hommes politiques qui occupaient ce poste depuis les années 80 avaient en général un certain poids et une autorité dans le domaine international – George H. W. Bush, Al Gore, Dick Cheney, Joe Biden. Paul Ryan n’a rien à voir avec cette sphère d’activité, et selon les critiques, il s’intéresse seulement aux chiffres et au budget. Ces qualités pourraient être utiles dans la politique nationale, mais sur la scène internationale, seules les questions financière avec le G7 l’intéresseraient. Bien que cela soit plutôt du ressort du président Romney (s’il était élu), sachant que l’économie est considérée comme son point fort.

Ryan est un partisan convaincu et fervent de la réduction des dépenses budgétaires, et compte tenu de la gravité du problème de la dette publique des Etats-Unis, ce thème sera sûrement une arme contre Obama. La question primordiale pour la politique étrangère est de savoir si les réductions budgétaires affecteront le secteur de la défense. En général, les républicains sont prêts à réduire tous les postes de dépenses, sauf ceux alloués à la sécurité nationale. Dans ce sens, par exemple, le bouclier antimissile est une vache sacrée pour Romney, car c’était la volonté de Reagan. Le candidat à la vice-présidence donne l’impression d’un homme qui prononcera évidemment toutes les incantations nécessaires concernant la sécurité des Etats-Unis, mais il est à la fois très éloigné de ce problème et il ne s’y intéresse pas. La ligne directrice de cette campagne est claire – elle est déterminée par les points de vue de Kagan mentionnés ci-dessus. Mais l’apparition d’un candidat à la vice-présidence indifférent à la politique étrangère est symptomatique (l’ancienne élection et Sarah Palin ne sont pas une référence, car le candidat de l’époque, John McCain, était un coryphée reconnu des affaires internationales). Cela montre que même dans le milieu républicain, une compréhension larvée s’accroît, du fait qu’au XXIe siècle, l’enjeu d’une domination militaire des Etats-Unis dans les affaires mondiales pourrait être au-dessus de ses moyens.

Fedor Loukianov

Source : RIA Novosti