Un nouveau dictateur pour le Yémen : l’ambassadeur US


par Jamal Jubran pour Al-Akhbar

Les Yéménites se sont étonnés des déclarations de l’ambassadeur US en poste à Sanaa, Gérald Feierstein, selon lequel « l’Iran n’a pas à s’ingérer dans les affaires intérieures du Yémen ». A cela, un observateur rétorque: « Et que fait cet ambassadeur américain dans le pays alors ? S’entraîne-t-il à la course dans les rues de Sanaa ou s’occupe-t-il de la sélection des jeunes footballeurs yéménites, qui, il y a quelques jours se sont qualifiés aux demi-finales de la Coupe arabe de football ? ». Un autre observateur affirme pour sa part : « Cet ambassadeur fourre son nez partout, dans les petites affaires du Yémen, comme dans les grandes. C’est lui qui gouverne ce pays ».

Son Excellence, l’ambassadeur d’Amérique, Gérald Feierstein, entre dans la résidence de l’ambassadeur d’Italie à Sanaa, à l’occasion de la fête nationale italienne, marchant, les sourcils froncés, ignorant les autres invités. Il s’installe dans un coin reculé du jardin, un verre de vin rouge à la main. Quelques instants plus tard, les plus hauts responsables du gouvernement yéménite se précipitent vers lui, chacun tentant de lui soumettre un problème qu’il a rencontré dans l’administration du département qu’il dirige. Cette scène n’est qu’une reproduction du Yémen tel qu’il est devenu sous la gouvernance imposée au pays, après un compromis qui a mené au départ de l’ancien président Ali Abdallah Saleh, selon les termes de l’Initiative du Golfe, qui a mis fin à la révolte des jeunes Yéménites.

D’autre part, l’ambassadeur apparait sur les chaînes télé officielles affirmant : « Nous ne permettrons en aucun cas que la libération du journaliste Abdelilah Haidar Shaeh. Il représente un danger pour la sécurité nationale américaine, il a des liens avec Al-Qaïda ». Une fois encore, il a passé outre l’amnistie présidentielle qu’avait émis auparavant l’ancien président Ali Abdallah Saleh, avant le déclenchement de la révolte des jeunes, en faveur du journaliste qui s’est vu condamné à cinq ans d’emprisonnement. L’année passée, un simple coup de fil au président Barack Obama suffisait pour faire lever l’amnistie en faveur d’Abdelilah Haidar Shaeh et le garder en prison.

L’ambassadeur US et toute son équipe ne s’arrêtent pas là et persistent. Lorsque la marche protestataire des journalistes yéménites s’est dirigée vers l’ambassade US à Sanaa, pour dénoncer les propos de l’ambassadeur Feierstein à l’égard de leur confrère Shaeh, ils ont vu des véhicules de transport de prisonniers passer par l’entrée de l’ambassade. On a appris plus tard qu’il s’agissait de prisonniers yéménites de la prison centrale, amenés à l’ambassade afin d’être interrogés sur des affaires de terrorisme. On en sait davantage sur cette intervention grâce à des publications de sites web et de journalistes locaux montrant des photos et des lettres de l’ambassadeur US  s’adressant au ministre de l’Intérieur yéménite, Abdulkader Qahtan, le sommant d’exécuter certains « changements au niveau du personnel de la sécurité, afin de garantir la paix au sein du pays ».

Il n’y a pas l’ombre d’un doute sur le fait que Feierstein exerce un certain pouvoir au sein du gouvernement yéménite, visant un certain “progrès“, mais seulement à la manière que lui seul conçoit appropriée. Il ne s’oppose de plus, évidemment en aucun cas à la politique US au Yémen.

La semaine dernière, l’ambassadeur US n’a pas hésité à se rendre  dans la province d’Abyan, accompagné du président de l’Agence US pour le développement international (USAID) pour évaluer l’état de la ville après que les forces armées yéménites eurent réussi à expulser le groupe « Ansar al Shariah », groupe lié au mouvement Al-Qaïda qui a contrôlé la région une année entière, durant laquelle il a appliqué la charia et ses peines. Cette visite non diplomatique a soulevé des contestations parmi certains groupes politiques mais ils n’ont pas été jusqu’à la dénoncer ouvertement. Personne ne conteste. Toute la classe politique se contente de voir les ingérences de Feierstein comme un fait et le Yémen est incontestablement sous nouvelle dictature.

Dans un dialogue avec le quotidien « Al-Akhbar », le chercheur Ahmad Qaderi a affirmé que le Yémen se trouvait sous autoritarisme américain et a déploré l’Initiative du Golfe qui a mené le Yémen à sa situation actuelle. « C’est une bien triste image que l’on a aujourd’hui du Yémen. Qui aurait pensé que la révolte saine des jeunes allait finir ainsi ? », ajoute-t-il.

De son côté, l’ambassadeur US multiplie les déclarations. Il apparaît constamment dans les médias s’exprimant, expliquant et décrivant les affaires de la vie courante au Yémen, comme s’il était « le Président », pas encore déclaré. Lors d’une apparition récente, il déclare : « Nous sommes actuellement à la deuxième étape de l’Initiative du Golfe… J’ai rencontré hier le président. Nous sommes d’avis que tout le monde participe au dialogue national… Le Président Obama a publié une ordonnance administrative qui nous permet la répression des individus ou groupes qui entravent la mise en application de la convention (l’Initiative du Golfe)… Nous œuvrons à la restructuration de l’armée et de la Sécurité… Nous sommes satisfaits de ce qui a été réalisé jusqu’ici. Nous sommes sur la bonne voie ».

« Lorsque l’ambassadeur US à Sanaa s’exprime au sujet du Yémen à la première personne », explique Muhammad Ayesh, directeur de la rédaction du journal indépendant « Al-Oula », « il ne parait pas seulement comme celui qui gouverne, mais aussi comme « le Président », propulsé par la révolte à la première place du gouvernement yéménite ». Ayesh ajoute : « les classes politique et militaire ont laissé toutes les affaires du Yémen aux puissances internationales pour ne se préoccuper que de leurs rivalités internes ». Il met également l’accent sur le fait que sans l’ambassadeur US, « les Yéménites ne seraient pas capables d’arriver à un accord sur l’évacuation des barricades et des forces armées des villes principales ».

De son côté, le journaliste et analyste politique, Mansour Hael, estime que c’est la fragilité de la situation interne du pays et des classes politiques qui a contribué à placer l’ambassadeur US  à la tête des opérations politiques et militaires et à faire parvenir entre ses mains les dossiers des affaires du Yémen.

Enfin, le rédacteur en chef du journal « Al-Tajamou’ », dans un dialogue avec le journal « Al-Akhbar », a, pour sa part, affirmé que les Yéménites « sont gouvernés désormais par un état de division, aussi bien verticale qu’horizontale, de division au niveau des accords gouvernementaux et de division entre les ONG et les partis politiques : c’est ce qui a permis à l’ambassadeur US de pouvoir tenir toutes les ficelles du jeu politique au Yémen ».

Jamal Jubran

Article original : اليمن تحت الوصاية

Traduction : Amal El Gharbi

Publicités

Une réponse à “Un nouveau dictateur pour le Yémen : l’ambassadeur US

  1. Pingback: Un nouveau dictateur pour le Yémen : l’ambassadeur US | Autres Vérités | Scoop.it·

Les commentaires sont fermés.