Le conflit israélo-palestinien expliqué sans langue de bois


par Philippe-Justin Schneider

Un nouvel ouvrage sur le conflit israélo-palestinien, « Le Conflit Israélo-Palestinien, des origines cananéennes de la Palestine à sa demande d’adhésion à l’ONU », vient de sortir aux éditions « Le Retour aux Sources ». Son auteur, Jean-François Goulon, traducteur émérite et engagé, livre une version très différente, très riche et très bien documentée de la version « officielle » généralement présentée dans les médias.

L’originalité de ce livre est de livrer de nombreux extraits d’auteurs rarement ou jamais traduits en français, qui ne mâchent pas leurs mots pour s’exprimer sur ce conflit meurtrier. Parmi ces auteurs, Benny Morris, Illene Beatty, Martin Buber, Noam Chomsky, Norman Finkelstein, Sami Hadawi, Ilan Pappé, Don Peretz, Edward Saïd ou Tony Judt.

On retrouve également l’incontournable réponse du Général de Gaulle sur la guerre de 1967, qu’il donna lors de sa conférence de presse à l’Elysée, le 27 novembre 1967 et sa fameuse réplique, « un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur ».

Beaucoup d’autres surprises attendent le lecteur qui découvrira un article du leader politique du Hamas, Khaled Meshaal, écrit pour le Guardian, ou un article du célèbre commentateur britannique spécialiste du Proche-Orient, Robert Fisk, ou encore une analyse inattendue du Mahatma Gandhi.

En quatrième de couverture, la couleur politique de cet ouvrage est annoncée sans fioritures :

« Alors que les officines de propagande israéliennes ont bien failli faire supprimer toute référence à la « Nakba » des manuels scolaires français (c’est déjà fait aux Etats-Unis ou en Israël…), que le président de la République française, s’entretenant en privé avec Barack Obama laisse échapper : « Je ne supporte plus Netanyahou, c’est un menteur ! », que la France a voté « OUI » à l’adhésion à part entière de la Palestine à l’UNESCO, il était temps de rétablir certaines vérités qui auraient pu tomber dans les oubliettes de l’histoire.

Pour rappel, la Nakba est « la catastrophe » pour les Palestiniens qui furent chassés de chez eux en 1948, parfois dans d’horribles massacres, lors de la guerre d’Indépendance d’Israël. Le 15 mai 1948 est, pour les Israéliens, jour de fête nationale et, pour les Palestiniens, jour de deuil.

Cet ouvrage, « Le Conflit Israélo-Palestinien, des origines cananéennes de la Palestine à sa demande d adhésion à l’ONU », démonte pas à pas la thèse « officielle » d’Israël en apportant des preuves écrites noir sur blanc et en faisant voyager le lecteur à travers près de quatre millénaires d’histoire. »

Ce livre passionant qu’il faut lire d’urgence alors que la situation politique d’Israël n’a jamais été aussi préoccupante, ne laissera certainement pas le lecteur indifférent, tant vis-à-vis de la demande palestinienne d’avoir un Etat viable et stable dans des frontières reconnues que vis-à-vis de l’attitude colonisatrice d’Israël, et ce quels que soient les partis au pouvoir.

Philippe-Justin Schneider

Publicités

Une réponse à “Le conflit israélo-palestinien expliqué sans langue de bois

  1. Pingback: À l’ombre du mur : Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation « MecanoBlog·

Les commentaires sont fermés.