Un mot


Comment en un mot caractériser l’année 2011 ?

Crise, émergence, révolution, austérité, déclin ? Peut-être aucun, peut-être tous à la fois. Je vous laisserai le soin de le choisir. Le mien sera « crise ». Pour la crise climatique laissée au second voire au troisième plan malgré ses nombreux rappels pour le moins meurtriers ; pour la crise énergétique, du contrôle des énergies fossiles par les titans de la corporacratie à l’absence de volonté de changement vers le développement durable et les énergies vertes en passant par des hausses sans cesse des prix du pétrole, du gaz et de l’électricité ; pour la crise financière qui n’en finit pas et qui ne peut en finir tant que le but recherché est la survie du paradigme actuel ; pour la crise identitaire que j’unis à la crise de civilisation occidentale et, cela, même si d’autres régions du monde connaissent également une crise identitaire ; pour la crise alimentaire avec, parmi tant d’autres exemples, plus de 46 % de pauvres aux Etats-Unis selon des chiffres officiels ; et pour toutes les autres crises comme celle politique dans ce pays où je suis né et où je vis, la Belgique.

2011 a ainsi été une année assez riche d’émotions et avec son lot habituel d’événements mémorables. Personne, en tout cas pas l’Histoire, n’oubliera les révolutions arabes (et les contre-révolutions), la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima, l’assassinat d’Oussama Ben Laden, la guerre de Libye, les activités de WikiLeaks & Anonymous, etc. 2012 s’annonce être encore plus riche, encore plus intense mais pas forcément dans le sens souhaité.

L’année 2012 sera notamment marquée par le début des différents retraits partiels et progressifs des troupes atlantistes d’Afghanistan, l’expiration du protocole de Kyoto ainsi que par les élections présidentielles de la Russie, le 4 mars, (même si on se doute déjà de la tête du vainqueur) et des Etats-Unis, le 6 novembre. Les élections présidentielles de la France n’ont, à mes yeux, pas la même importance – excepté, bien évidemment, pour tous ces Français las de Nicolas Sarkozy et du sarkozysme – ni la même portée dont les effets se hissent à un niveau mondial comparable à l’arrivée d’une nouvelle administration à Washington dotée d’une politique d’avantage isolationniste en ces temps de dissolution de l’impérialisme états-unien ou au (retour du) règne de Vladimir Poutine (peut-être jusqu’en 2024 suite à la réforme constitutionnelle de 2008 qui prolonge la durée du mandat présidentiel de 4 à 6 ans).

2012 n’est plus qu’à quelques heures. Et même si l’on a pleinement conscience des problèmes de ce monde, éteignez votre pc et profitez de ce réveillon pour vous changer les idées, partager du temps, des rires et des souvenirs avec la famille ou les amis.

Le MecanoBlog vous souhaite à tous et à toutes une très bonne année 2012.

Advertisements

3 réponses à “Un mot

  1. « Diable » !… çà ira, comme « mot » ?… Mot, en Ugarit, cité « phénicienne » fondatrice de l’alphabet ( 4 différents !) vers le 12° siècle av. J-C, était le dieu de la Mort ( et de l’hiver, dans le cycle des saisons : voir l’épopée de Baal )

  2. Bonjour, et bonne année

    Vous dites :

     » Pour la crise climatique laissée au second voire au troisième plan malgré ses nombreux rappels pour le moins meurtriers tel que le tsunami du Japon  »

    Euh… le tsunami du Japon n’a rien à voir avec la crise climatique… il a été causé par un énorme séisme sous-marin au large des côtes nippones…

    • Bonne année ! 😉

      Merci de me fait part de mon erreur ! Petit souci pendant la rédaction. :p

Les commentaires sont fermés.