« Épouvantails, autruches et perroquets – 10 ans de journalisme sur le 11 septembre » (vidéo)


Synopsis : Passé le choc initial, les attentats du 11 septembre ont suscité le doute dans une partie croissante de l’opinion : de nombreux éléments troublants ne collaient pas avec une enquête officielle qui paraissait orientée vers des conclusions prédéfinies. L’expression de tels doutes dans l’espace public s’avéra pourtant risquée : presque unanimement, les médias discréditaient ceux qui les portaient, sans enquêter de manière approfondie sur les éléments qu’ils apportaient. Les médias francophones, en particulier, dressaient les épouvantails habituels destinés à verrouiller la parole, et parmi lesquels l’accusation d’antisémitisme tient une place de choix. Enquêtant sur les raisons de l’impossibilité de ce débat, nous avons dû aller jusqu’en Norvège pour trouver des réponses, dans la bouche des très rares journalistes professionnels qui font fi de ce tabou et appliquent au quotidien les beaux discours qu’ils tiennent sur leur métier.

« Épouvantails, autruches et perroquets – 10 ans de journalisme sur le 11 septembre 2001 » analyse la façon dont les médias ont évité pendant tout ce temps de parler des zones d’ombres et des remises en question qui planent sur ces événements. Après avoir vainement essayé la politique de l’autruche, ils se sont mis à dresser des épouvantails pour empêcher la réflexion sereine. Quiconque se permet de douter est un conspirationniste, un adepte de Thierry Meyssan, un antiaméricain, voire un antisémite/négationniste.

Pourtant, les doutes sur la véracité de la version gouvernementale de ces attentats sont partagés par des gens nombreux, compétents (y compris des professionnels des disciplines scientifiques concernées par le 11 septembre) et raisonnables, mais vous ne les verrez jamais à la télévision.

Une réflexion sur cet étrange tabou médiatique.

Le site.

Documentaire d’Olivier Taymans (Belgique, 2011, 100′)

Publicités

4 réponses à “« Épouvantails, autruches et perroquets – 10 ans de journalisme sur le 11 septembre » (vidéo)

  1. « On ne les voit jamais » car … ces campagnes de désinformation peuvent être réduites à néant en quelques mots !… Ensuite, les agents d’influence qui nous sont « délégués » ne peuvent que nous balancer les mêmes sempiternelles redites : doute = complice =terroriste= antimésémite= ?????? révisionniste/ négationniste !!!!!!!!!…. C’est moins sûr : ce sont des accusations relevant du code pénal et donc qui doivent être prouvées !… Il m’a suffi de le rappeler à quelques salopards et ils ont prudemment disparus : le stay behind des gangsters de l’OTAN fait peut-être la loi à Tripoli ou dans encore certaines régions d’Italie , mais les « gladiateurs » ont dû remballer de conserve avec les bases aériennes et navales US !…
    Thierry Meyssan a démontré depuis 10 ans qu’il n’y a pas de version « officielle » des attentats du 11 septembre, mais un dogme : la Maison Blanche a empêché le Congrès et les agences fédérales d’investigations d’assurer leurs fonctions et de faire la moindre enquête !… Il a fallu attendre 2003 pour qu’enfin, une commission d’enquête soit constituée… qui s’est avérée être une commission-croupion, mais les portes de l’Enquête se sont enfin ouvertes et les informations se sont désormais accumulées: notamment, le FBI a pu prouver que toutes les communications des passagers dans les avions détournés sont des faux et il faudra bien plus qu’un cadavre immergé clandestinement pour calmer la Nation US quand elle va enfin se décider à prendre les rènes du pouvoitr !…

  2. J’ai apprécié ce que disait Jesper, ce journaliste (déontologue) belge à savoir que lorsqu’on sort du cadre de référence, le discours n’est plus entendu. C’est notre dilemme : la grande presse internationale jouit d’une telle crédibilité que tout témoignage qui la contredit est relativisé, y compris le nôtre qui s’appuie pourtant sur une expérience vécue. Si notre témoignage ne passe pas par les voies officielles de l’information il est inaudible et quasi inutile. Je l’ai expérimenté en transmettant à qui de droit la mise en garde que les chrétiens de Qâra avaient reçue dernièrement et que j’insère plus loin dans cet article, j’ai constaté que l’unique réaction a été : « Où est la vérité ? ». Témoignage de Syrie
    Cette position timorée me rappelle un incident significatif. Une de nos fondatrices subit jadis un malaise cardiaque et fut transportée à l’hôpital où l’électrocardiogramme n’enregistra aucune anomalie. Les médecins nous rassurèrent mais, à peine arrivée au monastère, elle eut une attaque fatale et succomba sous nos yeux. Rappelé d’urgence, le médecin qui venait de la congédier brandissait l’électrocardiogramme pour assurer que la religieuse n’avait rien. Malgré l’information fournie par son appareil de contrôle, notre sœur est décédée. Je crains que le même scénario ne se répète aujourd’hui dans le domaine des événements sociopolitiques.
    Cette réalité nous permet d’espérer l’éveil de la conscience chez nos contemporains alors que les élites dirigeantes n’auront rien vu venir. Et cela peut se faire du jour au lendemain

  3. Pingback: Russia Today, une chaîne comme les autres ? « MecanoBlog·

Les commentaires sont fermés.