Démondialisation : la nécessité de démystifier le néolibéralisme


par Anne-Sophie Novel

Georges Corm signe ici un ouvrage pédagogique limpide sur l’état actuel du monde. Cet économiste de profession, spécialiste du Moyen-Orient et de la Méditerranée, a forgé son expertise au cours de nombreuses années de conseil auprès d’organismes internationaux et d’institutions financières. Il livre une analyse critique de la mondialisation et se lance dans un plaidoyer contre les « absurdités sociales auxquelles le monde globalisé nous a menés, et continue de le faire tous les jours ».

Reprenant tour à tour les facteurs culturels, sociologiques, politiques et économiques qui ont donné sa force au mouvement de globalisation, l’auteur entend aller contre les idées reçues et identifier les causes premières des dérèglements dont nous sommes victimes.

Sa démonstration se déroule alors de manière méthodique. Reprenant les fondements du néolibéralisme, G. Corm explique à quel point il est nécessaire d’en démystifier la doctrine économique et de sortir des éternels (faux) débats. Il faudrait par exemple cesser de vouloir sans cesse réduire la place de l’État dans l’économie, de prôner la sacro-sainte flexibilité des salaires, d’idéaliser les systèmes de retraites par capitalisation ou de croire en l’existence de bonnes pratiques pour les investisseurs.

Pire, d’après l’auteur : la grille de lecture du néolibéralisme, non contente de rétrécir le champ des débats économiques, nous empêche de faire face convenablement aux grands enjeux de notre temps. La lutte contre le réchauffement climatique, par exemple, est faussée « par tous ces a priori de la doctrine néolibérale en vertu de laquelle il faut refuser tout contrôle direct des États sur les questions du réchauffement climatique ». Ne devrait-on pas plutôt s’attaquer à la société de consommation et aux gaspillages économiques massifs qu’elle entraîne ? La lutte contre la faim dans le monde et la pauvreté subissent la même logique : sous couvert d’un développement à visage humain, nous oublions d’interroger les causes des inégalités sociales et matérielles, de l’exclusion et de la pauvreté.

Comment, dans ces conditions, aborder les problèmes cruciaux qui demeurent dans le monde ? Comment remettre en cause les dérèglements des systèmes de production des grands pays industrialisés ? Comment sortir des réflexes pavloviens du consumérisme, qui aujourd’hui se retrouvent même dans les logiques politiques ? Autant de questions posées par l’auteur, qui n’hésite pas à étayer ses propos de théories élaborées par les grands penseurs de l’altermondialisme.

Ces remises en cause viennent alors interroger l’évolution de l’enseignement de l’économie. Pour G. Corm, « l’enseignement académique de l’économie prétend désormais avoir accédé au statut de “science dure”. L’absence de discussions approfondies sur cette question permet à ce pouvoir de continuer à fonctionner avec la légitimité que lui attribue l’enseignement de l’économie, stéréotypé et homogénéisé à l’échelle mondiale. » En ligne de mire notamment : la mathématisation de l’approche économique et la tentation de faire de l’économie une science capable de prédire l’avenir avec certitude. Sans parler de la financiarisation de l’économie et de l’utilisation à outrance des modèles économétriques.

G. Corm scrute le pouvoir mondialisé et l’uniformisation du monde pour s’essayer à un – fort utile – exercice prospectif de dé-mondialisation.

Anne-Sophie Novel

À lire/voir également sur la mondialisation et la démondialisation :

Démondialisation : le débat interdit ?

Déclin et chute de certains

Orient contre Occident

2030, la fin de la mondialisation ?

De la réduction des têtes au changement des corps

Guerre et consumérisme : un extrémisme qui ne dit jamais son nom

Collapse (video)

The Corporation (vidéo)

Krach : les dessous de la crise économique mondiale (vidéo)

Liquidation totale ! (vidéo)

La raison du plus fort (vidéo)

Capitalism : a love story (vidéo)

Let’s make money (vidéo)

Advertisements

4 réponses à “Démondialisation : la nécessité de démystifier le néolibéralisme

  1. Pingback: Occuper Wall Street, ré-imaginer le monde « MecanoBlog·

  2. Il faudra aussi se demander EN PRIORITE comment cette « mondialisation » a pu être possible et quel chef d’orchestre a pu faire retirer PARTOUT TOUS les garde-fous !!!… « On » a transféré à des entreprises ( et donc à leurs chefs ! ) des pouvoirs d’Etat dévolus aux citoyens : des peuples entiers sont donc à la merci de quelques « singes » mégalomanes et de leurs gras banquiers !…

    Ceux qui ont commis ce crime doivent le payer : on peut demander aux retraités d’Enron de se charger de la chose ?!… Mais comment tout celà at-il commencé ?… C’est justement QUAND on a dissout l’Union Soviétique … qui assurait le rôle de « l’oeil était dans la tombe et regardait Caïn » !… Un comportement théologique était de toutes façons voué à l’échec … mais il;est temps de faire un bilan !…

  3. Pingback: Les fous de la vitesse doivent mourir « MecanoBlog·

  4. Pingback: Une conversation avec Noam Chomsky « MecanoBlog·

Les commentaires sont fermés.