Un sommet à Téhéran pour contrer les Etats-Unis


par M.K. Bhadrakumar pour Asia Times Online

Quasi-proportionnellement à l’effondrement des liens entre Washington et ses alliés à Kaboul et Islamabad, l’Iran a intensifié ses activités politiques et diplomatiques autour du problème afghan et de la situation régionale. Téhéran estime que les relations entre les États-Unis et les gouvernements afghan et pakistanais ont subi un sérieux revers et qu’un prompt rétablissement est peu probable.

Ainsi, une fenêtre d’opportunité s’est ouverte à Téhéran pour faire reculer l’emprise des Etats-Unis pendant dix ans sur la géopolitique de la région. Téhéran est déterminé à ne pas manquer l’occasion.

L’objectif immédiat est en quelque sorte de torpiller les plans des Etats-Unis visant à établir des bases militaires en Afghanistan et à s’étendre dans la région stratégiquement vitale d’Asie Centrale, tout en débordant l’Iran à l’Est. La poussée politique et diplomatique iranienne arrive à un moment où les divergences américano-afghanes sont apparues au cours des négociations qui ont récemment été dévoilées au public.

Mais Téhéran considère également que cette partie comporte des enjeux élevés, avec des ramifications beaucoup plus large que la simple question de contrarier les plans américains d’établir des bases militaires en Afghanistan. Téhéran aura pour objectif de disperser le cordon de l’alliance américano-saoudo-israélienne dans le sillage des bouleversements au Proche-Orient.

Après tout, l’Afghanistan devient partie intégrante du « Grand Moyen-Orient », le Pakistan est un allié de longue date des États-Unis et de l’Arabie Saoudite et l’ensemble de ces trois pays – l’Iran, le Pakistan et l’Afghanistan – devient une plaque tournante stratégique d’une importance immense pour la géopolitique d’une vaste région s’étendant du Levant à la vallée de Ferghana.

Pour s’en assurer, l’objectif de Téhéran consistera à forger l’unité régionale avec Kaboul et Islamabad sur la base de leurs préoccupations et intérêts communs vis-à-vis de la politique américaine régionale.

Cette semaine, les efforts iraniens recevront un encouragement avec la visite à Téhéran du président pakistanais Asif Ali Zardari et du président afghan Hamid Karzaï, qui participeront à la conférence internationale sur le terrorisme à l’invitation du président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Cette conférence est programmée les 25 et 26 juin, mais Zardari arrive ce jeudi pour une visite de deux jours.

Le fait que Zardari et Karzaï assistent à une conférence sur le terrorisme organisée par l’Iran, à ce moment précis, est en soi un indicateur significatif de la manière dont le vent souffle actuellement sur la politique régionale. Le gouvernement saoudien aurait effectué une démarche diplomatique auprès du Pakistan, suggérant qu’il doive ignorer la conférence de Téhéran et, à la place, participer à un conclave similaire sur le terrorisme qu’il propose de convoquer prochainement à Riyad.

Les Etats-Unis seront aussi très mécontents de la décision de Karzaï d’être aux côtés de l’Iran, en ce moment, sur la « guerre contre le terrorisme ». Cela démolit l’allégation des Etats-Unis selon laquelle l’Iran fomente le terrorisme. Zardari emmène avec lui une délégation de ministres, qui comprend le ministre de l’Intérieur Rehman Malik, le ministre du Pétrole et des Ressources naturelles Asim Hussain et le ministre de l’Eau et de l’Energie Syed Naveed Qamar.

Les médias iraniens ont indiqué que Zardari s’exprimera sur le projet de gazoduc irano-pakistanais, auquel s’opposent fortement les Etats-Unis, et qu’une « étape décisive pour l’exécution de ce projet qui a déjà été retardé » peut être espérée lors de sa visite. L’Iran a déjà achevé la construction de 1.000 kilomètres de ce gazoduc sur les 1.100 km prévus sur le sol iranien.

L’Iran a également proposé qu’un réseau de transport d’électricité soit construit à côté du gazoduc, reliant le réseau d’électricité de l’Iran avec celui du Pakistan. Par ailleurs, l’Iran a proposé de vendre 1.000 mégawatts/heures d’électricité au Pakistan à un taux subventionné.

« Tentatives de contournement »

Téhéran fait une tentative acharnée pour donner une nouvelle dynamique à ses relations bilatérales avec le Pakistan. Téhéran a traditionnellement nourri un sentiment de frustration envers l’alliance américano-pakistanaise. Ahmadinejad a récemment déclaré que Téhéran est en possession de « preuves spécifiques » pour dire que les USA projettent de saisir les armes nucléaires du Pakistan.

En effet, compte tenu de la présence militaire américaine et du soutien américain au groupe terroriste Jundallah, qui fomente la violence dans la région du Sistan-Baloutchistan en Iran oriental bordant le Pakistan, les services de renseignements iraniens (le VEVAK, ndlr) sont très actifs en Afghanistan et au Pakistan. Téhéran a un mécanisme de partage du renseignement au niveau bilatéral avec le Pakistan et il est pratiquement certain que Malik discutera des voies et des moyens pour renforcer cet arrangement. Le Pakistan peut aider l’Iran à contrer le Djundallah, tandis que l’Iran peut partager des renseignements concernant les activités secrètes des Etats-Unis sur le sol pakistanais.

L’Iran semble partager l’estimation de la Russie et de la Chine, selon laquelle la politique étrangère pakistanaise est en cours de correction pour réduire la dépendance politique, économique et militaire d’Islamabad sur les Etats-Unis.

De même, Téhéran prend en compte que les Etats-Unis tiennent à la fois Islamabad et Kaboul à distance dans leurs négociations avec les Taliban et adopte une méthode de partage des informations avec pour principe de ne les divulguer qu’à ces partenaires clés.

Samedi dernier, Karzaï s’est servi d’un discours à la nation pour fustiger les Etats-Unis et est allé jusqu’à exposer que les Etats-Unis sont déjà en pourparlers directs avec les Taliban. Fait révélateur, le Pakistan a rapidement fait comme Karzaï et a entrepris, lundi, une forte démarche à ce même égard auprès des Américains.

De hauts responsables pakistanais auraient fait part de leurs préoccupations au Représentant spécial adjoint Frank Ruggiero, en visite, à propos des « tentatives de Washington de contourner » Islamabad et de maintenir délibérément le Pakistan à distance dans ses efforts pour rechercher un accord de paix avec les Taliban avant le retrait progressif d’Afghanistan.

Le communiqué publié par le ministère pakistanais des Affaires étrangères, après les discussions entre le ministre d’Etat des Affaires étrangères Hina Rabbani Khar et Ruggiero, qui se sont tenues à Islamabad lundi, disait : « Le ministre a souligné l’importance de la clarté et de la cohérence stratégique, de même que la transparence, afin de favoriser le peuple afghan et le gouvernement afghan dans le processus de paix et de réconciliation ».

Le journal pakistanais Tribune a cité un diplomate pakistanais, en poste à Kaboul, alléguant qu’Islamabad est maintenu dans l’obscurité par les Etats-Unis sur ses récents contacts avec les Taliban. « Nous savons bien que certaines réunions ont eu lieu entre les responsables américains et les Taliban afghans, en Allemagne et au Qatar. Il semble que le Pakistan soit délibérément maintenu à l’écart par les Etats-Unis afin de minimiser notre rôle dans la future donne politique en Afghanistan », a-t-il insisté.

Une fois encore, le journal Dawn a cité sans le nommer l’un des responsables pakistanais qui aurait dit, « D’un côté, ils [les Américains] parlent de l’aide du Mollah Omar, mais de l’autre, ce dirigeant Taliban est sur la liste des cinq hommes qu’ils veulent éliminer », demandant sur un ton acerbe s’il pouvait y avoir également un espace dans le dialogue politique des Etats-Unis pour le réseau Haqqani.

Cependant, ce serait un jugement hâtif que de conclure qu’Islamabad et Kaboul sont en train de coordonner leur opposition aux États-Unis. La relation afghano-pakistanaise reste très problématique, le déficit de confiance est important et une amélioration radicale dans le climat de leurs relations s’est avérée hors d’atteinte.

En fait, les escarmouches aux frontières ont augmenté en fréquence. Dans quelle mesure les Etats-Unis et l’OTAN alimentent ces tensions, dans le cadre de l’effort concerté à « mettre la pression » sur le Pakistan, n’est pas clair. Manifestement, une rencontre authentique des esprits entre Karzaï et Islamabad ne peut se concrétiser tant que ces tensions souterraines continuent d’éclater sur la région frontalière afghane, impliquant l’armée pakistanaise et les forces afghanes.

Peut-être Téhéran peut-il donner un coup de main pour régler ces tensions. Pour s’en assurer, l’Iran a un grand intérêt à ce stade à amener l’Afghanistan et le Pakistan à se rapprocher dans une relation téléologique de travail.

Le ministre iranien de la Défense, Ahmed Vahidi, qui s’est rendu à Kaboul la semaine dernière, a eu une réunion de fond avec l’ancien homme fort de l’Alliance du Nord et actuel vice-président, Mohammed Fahim. Vahidi a dit à Fahim, « La grande et courageuse nation d’Afghanistan est capable d’établir sa sécurité de la meilleure façon possible sans l’interférence des forces trans-régionales [comprendre : les USA et l’OTAN] ».

Vahidi a dit à son homologue iranien, Abdulrahim Wardak, « Leur présence [les Etats-Unis] fait obstacle à la matérialisation de la volonté de la grande nation afghane, résolue et qui travaille dur, et provoquera la discorde, la tension et l’insécurité et gaspillera le capital du pays ».

Wardak et Vahidi ont signé un document relatif à la coopération bilatérale en matière de sécurité. Fait intéressant, lors de la cérémonie de signature, Wardak a réagi ainsi : « Etant donné les menaces et les défis auxquels la région est confrontée, nous croyons qu’une défense commune et une coopération en matière de sécurité entre l’Iran et l’Afghanistan sont très importantes pour établir la paix et la sécurité dans la région ». Wardak a également dit, d’un air sous-entendu, que l’Afghanistan essayera, à ce stade, d’accroître ses liens en matière de défense et de sécurité avec l’Iran, afin de « remplir nos objectifs de sécurité communs dans la région. Nous croyons que l’expansion de la coopération en matière de défense commune et de sécurité avec l’Iran est dans nos intérêts ».

La ligne de faille pachtoune

À son retour à Téhéran dimanche, Vahidi a déclaré que les efforts américains pour établir des bases en Afghanistan font partie de leur plan visant à imposer un « système hégémonique » sur la région, « mais tous les pays et tous les peuples de la région sont opposés à ce complot. La présence des forces étrangères dans la région, en particulier les troupes américaines, est très nocif et représente une violation flagrante de la souveraineté nationale des pays de la région et compromet leur sécurité ».

Fait intéressant, il a ajouté, « Autant que nous le savons, la grande nation afghane n’est pas d’accord avec l’installation de bases militaires américaines, et il est naturel que les responsables du pays, qui suivent leur peuple, n’approuvent pas de tels plans ». Dans une allusion voilée au Pakistan, Vahidi a déclaré que « les pays de la région sont également opposés à la présence de troupes étrangères dans un pays voisin, car les pays extra-régionaux cherchent effectivement à entraver les progrès des pays islamiques ».

Téhéran prendrait en compte l’impression qui prévaut dans la région que les États-Unis et la Grande-Bretagne travaillent sur ce que l’on appelle le « plan Blackwill » – qui tire son nom de Robert Blackwill, un responsable américain qui a servi dans le Conseil à la Sécurité Nationale de George W. Bush – qui a d’abord soutenu que la meilleure solution afghane est de réaliser une partition de ce pays, le long de la principale ligne de faille ethnique pachtoune (lire à ce sujet l’article « La guerre d’Obama en Afghanistan », ndlr).

Ce plan laissait entendre que les Etats-Unis devraient quitter les provinces du Sud et du Sud-Est de l’Afghanistan et laisser la loi des Taliban être rétablie dans ces provinces, et, à la place, transférer leurs troupes vers le havre sûr de la région Nord, habitée par les tribus non-pachtounes qui sont amicales, d’où ils pourraient poursuivre efficacement leurs opérations de contre-insurrection au moyen de leurs forces spéciales et/ou de l’utilisation de leur puissance aérienne.

Les manœuvres entreprises par les Etats-Unis et leurs alliés d’engager des pourparlers directs avec les Taliban (sans impliquer ni l’Afghanistan ni le Pakistan), de même que la décision de supprimer progressivement les sanctions contre ces chefs Taliban sélectionnés qui sont prêts à faire des compromis, concorde avec les objectifs du plan Blackwill.

Les États-Unis ont pour objectif de persuader les Taliban à renoncer à leur opposition tranchante à la présence militaire à long terme US-OTAN dans l’Hindu-Kouch.

Les Taliban espèrent récupérer leurs bastions perdus dans les régions à domination pachtoune du Sud et du Sud-Est de l’Afghanistan. Gardant cela à l’esprit, au cours des deux dernières années, les Etats-Unis ont dépensé des sommes énormes pour rénover ou reconstruire des bases dans les régions non-pachtounes de l’Afghanistan, afin de les aligner sur les normes et les conditions de vie occidentales.

Le retrait des Etats-Unis qui débute en juillet concerne essentiellement les 30.000 soldats qui ont été incorporés l’année dernière pour le « surge » [la montée en puissance]. Les responsables américains et de l’OTAN ont récemment commencé à laisser entendre qu’il ne faut pas s’attendre, dans l’immédiat, au départ des troupes occidentales de la région.

Ce qui est particulièrement remarquable dans ce contexte est le rôle joué par l’Allemagne dans la mise en place des pourparlers de paix entre les Etats-Unis et les Taliban. Der Spiegel a rapporté en premier que plusieurs réunions ont eu lieu en Allemagne entre un assistant clé du Mollah Omar et des officiels américains. Dimanche dernier, dans une interview télévisée aux Etats-Unis, Robert Gates, le Secrétaire à la Défense a confirmé que de telles réunions avaient eu lieu.

Les forces allemandes occupent la région de l’Amou-Daria, qui chevauche le refuge sûr dont Blackwill a donné un aperçu pour le transfert des troupes américaines sur une base à long terme. Les forces allemandes ont lancé une vigoureuse campagne anti-insurrectionnelle dans la région Nord, ces derniers mois, en vue de l’assainir, et cette campagne, à son tour, a donné lieu à des attaques de représailles par les insurgés. Les opérations allemandes semblent répondre au plan Blackwill.

Les Allemands ont travaillé dur pour développer de bonnes relations de travail avec le gouvernement ouzbek à Tachkent et utilisent abondamment la base militaire de Termez, qui était autrefois la plus grande base soviétique en Asie Centrale, comme base d’approvisionnement pour les opérations dans la région Nord. De nouvelles lignes ferroviaires sont en construction pour relier Mazar-e-Sharif à Termez dans l’Amou-Daria, qui permettra de relier l’Afghanistan avec le réseau ferroviaire de l’ère soviétique qui va jusqu’à Berlin.

Les Allemands ont aussi puisé dans leurs liens stratégiques en expansion avec la Russie pour développer systématiquement une route de transit passant par le territoire russe, qui leur permet d’acheminer des fournitures en Afghanistan via Termez. La route russe menant à Termez permet aux forces de l’OTAN de réduire radicalement leur dépendance sur les deux routes pakistanaises. La Russie a récemment permis que même des armes et des munitions soient transportées par cet itinéraire. (Ces liens de communication pourront finir par devenir la nouvelle Route de la Soie.)

Le plan Blackwill détient le potentiel dangereux de faire voler en éclat la nation afghane. L’Afghanistan a été historiquement maintenu uni par les liens ténus de l’appartenance à une même nation. Le régionalisme et le caractère ethnique continuent de poser des défis à l’unité nationale.

Si l’unité afghane devient sérieusement menacée, les conséquences seront extrêmement graves pour le Pakistan. Ce ne sera qu’une question de temps avant que ce qui restera des Pachtounes ne se déverse sur la Ligne Durand [1] (lire à ce sujet « Le Grand Échiquier d’Asie Centrale », ndlr ) et ne déstabilise le Pakistan. Toute accentuation des lignes de faille ethniques ou renforcement des identités ethniques dans l’Afghanistan voisin et, à son tour, au Pakistan aurait de graves répercussions négatives pour l’Iran (et les pays d’Asie Centrale).

Bien évidemment, les États-Unis surestiment leur capacité à réaliser leur « grande stratégie ». Le chef de l’armée pakistanaise, Parvez Kiani, a déclaré de façon plutôt abrupte à une délégation allemande en visite à Rawalpindi, lundi, que la stabilité du Pakistan sera sa première priorité.

En somme, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Iran ont un intérêt existentiel à contrecarrer le plan de paix anglo-américain consistant à négocier directement avec les Taliban dans leur dos. C’est précisément pourquoi ces trois pays penchent fortement pour un véritable processus de paix autochtone « menés par les Afghans ». Autrement dit, un réalignement de la relation à trois entre l’Afghanistan, le Pakistan et l’Iran sera dans l’intérêt de la stabilité régionale.

Les récentes visites des dirigeants pakistanais à Moscou et à Pékin ont été suivies par les propos que Zardari a tenus cette semaine à Téhéran. L’Iran a basculé dans un mode proactif vis-à-vis de la situation afghane, remisant son approche sobre et réservée. Pour sa part, Hamid Karzaï défie également les Etats-Unis sur le plan stratégique en renforçant ses liens avec Téhéran.

La façon dont ces tendances naissantes se déroulent vaut la peine d’être examinée attentivement. Elles sont à replacer dans le contexte régional plus large qui révèle plusieurs courants :

  • le « dégel » des relations russo-pakistanaises;
  • le « retour » de la Russie en Afghanistan;
  • les aspirations de l’Organisation de la Coopération de Shanghai (OCS) à jouer un rôle formateur en Afghanistan dans le scénario post-2014;
  • le processus de dialogue indo-pakistanais; la poursuite par l’Inde d’une politique indépendante afghane avec un accent sur les rapports avec le gouvernement de Karzaï;
  • l’intérêt croissant de la Chine pour contribuer à un règlement en Afghanistan;
  • le commencement d’un processus qui pourrait conduire l’Inde et le Pakistan à adhérer à l’OCS.

Quelques heures après l’annonce d’Obama, mercredi, sur le retrait des troupes en Afghanistan, Zardari se rendra à Téhéran pour converser avec Ahmadinejad ; deux jours plus tard, Karzaï arrivera aussi dans la capitale iranienne. Rien ne fait ressortir plus vivement l’inclinaison extraordinaire dans la politique régionale.

M.K. Bhadrakumar

À lire également sur l’Iran et l’Af/Pak :

L’Iran se bat contre la prolifération nucléaire

Qui a peur du nucléaire civil iranien ?

Deux minutes avant minuit ?

Quelle stratégie iranienne pour Obama après les élections de mi-mandat ?

La guerre d’Iran aura-t-elle lieu ?

Pourquoi Karzaï invective les Etats-Unis

Les colombes de la paix planent au-dessus d’Islamabad

Escalade de la crise entre les États-Unis et le Pakistan : l’ultimatum chinois

La mort de Ben Laden et les complexités du « Grand Jeu » chinois

L’avenir de l’Eurasie se joue en mer de Chine

Ben Laden et la guerre intérieure du Système

Note

[1] La ligne Durand est le nom donné à la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan, établie le 12 novembre 1893 par un accord entre l’émir Abdur Rahman Khan et sir Mortimer Durand pour l’Empire britannique. Elle divise artificiellement des tribus pachtounes qui partagent la même langue et la même organisation sociale.

Article original : A summit in Tehran trumps the US

Traduction : JFG

Publicités