Syrie en ébullition, navire de guerre américain en Mer Noire


par M.K. Bhadrakumar pour Asia Times Online

Le ministère russe des Affaires étrangères choisit rarement un dimanche pour faire une déclaration officielle. De toute évidence, une chose d’une extrême gravité est survenue à Moscou pour que la Russie éprouve un besoin urgent de s’exprimer. La provocation a été l’apparition d’un croiseur lance-missiles des États-Unis en Mer Noire, venu y effectuer des exercices navals avec l’Ukraine. Le croiseur USS Monterrey, équipé du système de défense aérienne AEGIS, participe aux exercices conjoints entre les Etats-Unis et l’Ukraine, Sea Breeze 2011 [Brise de mer 2011].

Un exercice naval américano-ukrainien n’a rien d’extraordinaire. L’an dernier, un autre exercice avait déjà eu lieu. Mais, ainsi que Moscou l’a soulevé, « En laissant de côté la question non réglée de la possible architecture du bouclier antimissile européen, la Russie voudrait savoir, en conformité avec les décisions du sommet de Lisbonne entre la Russie et l’OTAN, quelle ‘contrariété’ a pu pousser le commandement états-unien à déplacer de la Méditerranée vers l’Est la principale unité de frappe du groupement régional de défense antimissile, formé par l’OTAN dans cette région ? »

La déclaration du ministère des Affaires étrangères s’est poursuivie en offrant sa propre explication selon laquelle le Monterrey a été envoyé dans les eaux européennes dans le cadre de l’approche adaptative progressive de l’administration américaine pour construire le segment européen du bouclier antimissile global. La première étape de ce programme envisage le déploiement d’un groupe de navires de guerre américains dans la mer Adriatique, la mer Égée et la mer Méditerranée, afin de protéger l’Europe du Sud d’éventuelles frappes de missiles. Cette déclaration a précisé que le rôle des missiles des navires de guerre américains, dans les exercices anti-piraterie Sea Breeze 2011, n’est pas clair.

« Nous devons dire que nos préoccupations continuent d’être ignorées et, sous couvert de pourparlers sur la coopération européenne au regard du bouclier antimissile, des efforts sont en cours en vue de construire la configuration du bouclier antimissile, dont les conséquences sont dangereuses et à propos desquelles nous avons informé nos partenaires américains et de l’OTAN », a ajouté la déclaration russe.

Les États-Unis affirment qu’il s’agit d’un exercice naval de routine. D’un autre côté, Moscou interroge : « S’il s’agit d’une démarche ordinaire, alors il est difficile de comprendre pourquoi un navire de guerre avec ce type d’armement a été choisi pour manœuvrer dans cette région assez sensible. »

Il ne fait aucun doute que les États-Unis accentuent la pression sur la flotte russe en Mer Noire. La provocation des Etats-Unis se déroule dans le contexte de la crise en Syrie. La Russie bloque obstinément les tentatives états-uniennes de racolage pour une intervention en Syrie du style de celle en Libye. Pour Moscou, si les Etats-Unis veulent un changement de régime en Syrie, c’est principalement pour obtenir la liquidation de la base navale russe dans ce pays.

La base syrienne est le seul point d’ancrage de la Russie en Méditerranée. La flotte russe en Mer Noire dépend de sa base en Syrie pour maintenir une présence effective en Méditerranée. Avec la création de bases militaires américaines en Roumanie et l’apparition du navire de guerre américain dans la région de la Mer Noire, l’encerclement de la marine russe se resserre. C’est un jeu du chat et de souris, où les États-Unis prennent le dessus.

Le régime dirigé par Bachar el-Assad est ostensiblement répressif, puisque des massacres sont rapportés presque quotidiennement. Mais les reportages occidentaux passent totalement sous silence l’aide extérieure apportée à l’opposition syrienne. Personne ne s’intéresse à prouver ou à mettre doute, par exemple, les circonstances dans lesquelles 120 personnes de la sécurité syrienne auraient pu être tuées lors d’un seul « incident ».

L’implication de l’Ouest, de l’Arabie Saoudite, des Israéliens et des Turcs dans les troubles en Syrie est parfaitement limpide, mais il ne faut surtout pas l’évoquer quand on parle de « la Syrie en ébullition ». Bref, la Russie a perdu la guerre de l’information sur la Syrie. Désormais, son dilemme est que, lorsqu’un processus de démocratisation louable se déroulera en Syrie et que le « Printemps Arabe » y poussera de toutes ses forces pour faire une apparition, l’on considèrera qu’elle fait une obstruction illogique.

Moscou a clairement fait savoir que la Russie ne tolèrera pas de résolution au Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la Syrie, quel que soit son libellé ou son contenu. Elle a également voté contre la manœuvre occidentale à l’Agence Internationale à l’Energie Atomique (AIEA), la semaine dernière, d’ouvrir au Conseil de Sécurité un dossier nucléaire sur la Syrie – semblable au dossier iranien.

Le dilemme de Moscou est de ne pouvoir expliquer ouvertement sa version de l’agenda géopolitique des Etats-Unis vis-à-vis de la Syrie. Toute explication de ce genre exposerait la vacuité de la réinitialisation américano-russe, pour laquelle le Kremlin du président Dimitri Medvedev a assidûment travaillé. Mais Washington ne va pas non plus laisser la Russie s’en tirer. Il est certain que les Etats-Unis resserrent le nœud coulant autour du cou d’Assad.

En d’autres termes, les États-Unis veulent que la Russie laisse la Syrie tranquille pour que l’Occident passe à l’attaque. Mais la Russie connaît déjà la suite : un régime pro-occidental à Damas qui succèderait à Assad fermerait sa base navale en Syrie.

Les enjeux sont très élevés. L’an dernier, le directeur-adjoint du renseignement militaire russe a été tué dans des circonstances mystérieuses alors qu’il effectuait une tournée d’inspection de la base navale en Syrie. Son corps a été retrouvé flottant dans la Méditerranée, au large de la côte turque. Il est sûr que de nombreuses agences de renseignements sont profondément impliquées dans le bouillon syrien.

Tout d’abord, un changement de régime en Syrie est devenu absolument essentiel pour briser l’isolement régional d’Israël. L’espoir américano-israélien est que les reins du Hezbollah puissent être brisés et que l’alliance syro-iranienne prenne fin, si le régime d’Assad est renversé à Damas. Une fois encore, un changement de régime en Syrie forcerait la direction du Hamas à quitter Damas. Khalid Meshaal, le chef du Hamas, vit à Damas depuis plusieurs années sous la protection d’Assad.

Par conséquent, tout mouvement sur le processus de paix israélo-palestinien selon les conditions d’Israël ne sera possible que si les États-Unis et Israël parviennent à convaincre la Syrie. Washington et Tel-Aviv ont essayé de persuader la Russie de s’aligner et d’accepter leur « défaite » en Syrie. Mais Moscou s’est accroché à ses idées. Et maintenant, en envoyant ce navire de guerre dans la Mer Noire, les Etats-Unis ont signalé qu’ils feront payer à la Russie son obstination et sa prétention à être une puissance en Méditerranée et au Proche-Orient.

Le résultat des élections législatives en Turquie, assurant un nouveau mandat au parti « islamiste » au pouvoir, l’AKP (le Parti de Justice et du Développement), renforce considérablement la position américaine sur la Syrie. Ankara a durci sa position envers Assad et a commencé à le critiquer ouvertement. On peut s’attendre à ce que la Turquie, dans les semaines à venir, joue un rôle plus importun dans la déstabilisation d’Assad et pour forcer un changement de régime à Damas. L’ironie, c’est que la Turquie contrôle également le détroit du Bosphore.

En améliorant ses liens avec la Turquie, au cours des dix dernières années, Moscou avait espéré qu’Ankara s’orienterait progressivement vers une politique étrangère indépendante. Les attentes du Kremlin étaient que les deux pays pourraient s’unir pour former un condominium sur la Mer Noire. Mais au fil des événements, il devient clair qu’Ankara revient à ses priorités antérieures, en tant que pays de l’OTAN et partenaire de premier plan des Etats-Unis dans la région. On ne peut blâmer Ankara : la Turquie a fait une évaluation fine et a tiré un bilan concluant, selon lequel ses intérêts sont mieux servis en s’identifiant avec la manœuvre de l’Ouest pour effectuer un changement de régime en Syrie.

En outre, Ankara estime rentable de s’identifier à l’approche saoudienne vis-à-vis du bouleversement au Moyen-Orient. Les riches Arabes des pays du Golfe Persique, riches en pétrole, sont prêts à envoyer leurs « billets verts » en Turquie. Ankara partage également les craintes saoudiennes sur l’ascension de l’Iran comme puissance régionale.

En somme, les États-Unis sont lentement mais sûrement en train de prendre le dessus avec leur agenda de changement de régime en Syrie. Moscou cèdera-t-il à cette pression immense et acceptera-t-il de réduire son influence en Syrie ? C’est la grande question. Moscou a menacé de coopérer avec Pékin et d’adopter une position commune sur la Syrie. Mais la capacité de Moscou à contrer le rouleau compresseur américain sur la Syrie s’affaiblit de jour en jour.

Le cours des événements sur la Syrie aura certainement un impact profond sur la réinitialisation américano-russe. L’administration Obama semble s’être bien documentée et a conclu que cela vaut la peine de prendre ce risque pour assurer la sécurité d’Israël. Le navire de guerre qui a vogué sur la Mer Noire porte le message sans équivoque adressé à la Russie, d’accepter de n’être que l’ombre pâle de l’ancienne Union soviétique.

M.K. Bhadrakumar

À lire également sur la Syrie et les révolutions arabes :

L’échiquier syrien

Vers une nouvelle guerre froide entre les Etats-Unis et la Russie

La Russie et la Chine défient l’OTAN

Qui se soucie au Moyen-Orient de ce que dit Obama ?

La guerre éclatera-t-elle cet été au Moyen-Orient ?

Le Yémen plonge-t-il dans la guerre tribale ?

Décoder le casse-tête d’Obama au Bahreïn

Arabie Saoudite : une nécessaire redéfinition du partenariat avec Washington ?

Article original : Syria on the boil, US warship in Black Sea

Traduction : JFG

Advertisements

30 réponses à “Syrie en ébullition, navire de guerre américain en Mer Noire

  1. Pingback: L’ancien chef du Mossad pourrait enfiler les habits de Sharon « MecanoBlog·

  2. Pingback: Géopolitique de la Syrie à l’heure du Printemps Arabe « MecanoBlog·

  3. Pingback: Libye, Syrie : un projet géopolitique qui ne se comprend que sur la longue durée… « MecanoBlog·

  4. Pingback: Les Etats-Unis en voie d’exiger l’éviction d’Assad hors de Syrie « MecanoBlog·

  5. Pingback: Les Etats-Unis en voie d’exiger l’éviction d’Assad hors de Syrie « Espoir Démocratique Maghrébin·

  6. Pingback: La question géopolitique de l’énergie en Egypte, Libye et Syrie « MecanoBlog·

  7. Pingback: Révoltes arabes : diplomatie 2.0 ? « MecanoBlog·

  8. Pingback: Atmosphère : un expatrié français nous raconte ses six mois de séjour à Damas « MecanoBlog·

  9. Pingback: La Syrie entre dans la crise générale « MecanoBlog·

  10. Pingback: La croisière de l’Amiral-Kouznetzov « MecanoBlog·

  11. Pingback: Les croisiéristes de l’U.S. Navy « MecanoBlog·

  12. Pingback: Ce chemin de Damas semé d’embûches « MecanoBlog·

  13. Pingback: « On recycle la propagande de guerre utilisée contre l’Irak pour le programme nucléaire iranien. » « MecanoBlog·

  14. Pingback: Guerre de l’ombre en Syrie « MecanoBlog·

  15. Pingback: Syrie, Iran, Pakistan, une ceinture de feu traverse le continent eurasien ! « MecanoBlog·

  16. Pingback: Le nouveau positionnement de la Turquie et les intérêts d’Israël « MecanoBlog·

  17. Pingback: Russie-Etats-Unis : La nouvelle Guerre Froide « MecanoBlog·

  18. Pingback: Le terrorisme au nom de la « démocratie » « MecanoBlog·

  19. Pingback: Le terrorisme au nom de la « démocratie » « sw1ngc·

  20. Pingback: Le « Non » russe « MecanoBlog·

  21. Pingback: Le vote sur la Syrie à l’ONU considéré comme une étape vers l’intervention militaire « MecanoBlog·

  22. Pingback: La crise syrienne vue de Damas « MecanoBlog·

  23. Pingback: Quels enjeux en Syrie ? « MecanoBlog·

  24. Pingback: Crise syrienne : le « plan en six points » de la Chine « MecanoBlog·

  25. Pingback: Le Pentagone fait des plans pour une guerre en Syrie « MecanoBlog·

  26. Pingback: Le terrorisme anti-syrien et ses connexions internationales « MecanoBlog·

  27. Pingback: Les États-Unis préparent une « guerre proxy » sur plusieurs fronts contre la Syrie « MecanoBlog·

  28. Pingback: Compte-à-rebours vers la guerre : la doctrine Blair contre la doctrine Poutine « MecanoBlog·

  29. Pingback: Le chemin de Damas de Pierre Piccinin « MecanoBlog·

  30. Pingback: La vérité sur la Syrie commence à transpirer « MecanoBlog·

Les commentaires sont fermés.