L’Amérique est l’Egypte


par Gordon Duff pour Veteran Today

Regardez les valeurs, elles sont dans les rues pour nous tous.

« Ce qui pourrait se trouver au bout du chemin, bien, ce pourrait être la démocratie, un mot si rarement employé en Amérique, plus maintenant. Ce bateau a vogué, les Américains parlent de ce qu’est une république, acceptent des élections truquées, une direction étrangère de fait, des corporations multinationales, de puissants lobbies étrangers et un gouvernement de lâches et de bons à rien qui encourage la faiblesse et la peur. »

 

L’Egypte est une leçon pour l’Amérique, elle nous apprend à nous regarder nous-mêmes, à observer combien nous sommes réellement libres. Nous ne sommes pas si différents, l’Egypte sous Moubarak et l’Amérique sous quelque gang de criminels financiers et malfrats étrangers qui contrôle le gouvernement aujourd’hui. Les Egyptiens ont connu des milliers d’années d’esclavage. Ils le reconnaissent quand ils le voient. L’esclavage, pour la plupart des Américains est quelque chose de nouveau. Les Américains se sont réveillés un jour et n’étaient plus si libres, peut-être pas du tout. Certains ne l’ont pas vu venir. D’autres ont averti en criant et ont été écrasés au sol pour l’avoir fait.

De voir ce qui se passe en Egypte me rappelle la façon dont j’imaginais que l’Amérique allait être. Les années 60 étaient déroutantes, pour ceux d’entre nous qui étaient là et ont encore les cellules de leur cerveau en état de se souvenir. L’Amérique de John Kennedy allait sauver le monde, pas tant du communisme mais de l’esclavage et de la dictature. L’Afrique avait « dé-colonisé » et les dictateurs, les républiques bananières, Franco, Tito, quelque autre qui était en Corée, tous ces oppresseurs allaient être mis de côté et les Américains ouvriraient la voie, les Corps de Paix si possible, les Forces Spéciales si nécessaire.

Nous étions ceux qui avaient la démocratie à vendre et Kennedy avait la crédibilité d’y parvenir. Puis « ils » l’ont tué et nous avons eu Johnson, l’USS Liberty, un engagement plus profond au Vietnam et même un autre Kennedy mort, tué pour mettre Nixon au travail et terminer toutes ces idioties, l’espoir et la droiture morale.

L’Amérique allait être concernée par le terrorisme.

C’est l’Amérique que nous connaissons maintenant mais que nous n’aimons pas autant que nous pourrions. Tout le monde n’est pas heureux de faire sauter de pauvres gens pour de l’argent, pas tout le monde mais suffisamment se taisent de sorte que ça puisse continuer année après année.

Nous pensions tous que la Guerre Froide était un enjeu important, la lutte pour les « coeurs et esprits » des pauvres du monde, la démocratie contre le communisme. Tout ce que nous avons vendu en fait était de l’esclavage, de la dette et des dictatures sans fin. Moubarak est un de ceux qui restent de la Guerre Froide, le « tenancier de la place » pour l’Amérique dans une Egypte que nous avons « réussi » à soustraire à l’influence soviétique. La survie prolongée de Moubarak jusqu’au 21° siècle était un fondement du nouveau jeu de l’Amérique, l’extrémisme islamique, prétendument une « maladie » menaçant le monde, une maladie qui est née dans l’Egypte aux mains des Frères Musulmans.

« C'est un fils de pute, mais c'est notre fils de pute. » Franklin Roosevelt

C’est ce qui allait être la nouvelle « Guerre Froide« , la lutte pour protéger la civilisation occidentale des milliards de militants extrémistes prêts à se faire exploser en une seconde pour gagner leur place de martyr et le paradis. Je ne suis pas prêt à repenser la Guerre Froide, peut-être qu’elle aussi était fausse. Le Vietnam l’était certainement et j’en ai une connaissance « directe et personnelle« .

Chaque fois que nous trouvons un kamikaze ou une cellule terroriste, l’argent qui est derrière semble venir d’une compagnie d’assurance liée au FBI, à la CIA, au RAW, au Mossad ou à quelque autre donneur d’ordres. En fait, 99,99% du terrorisme semblent être dirigé CONTRE les musulmans.

S’il y a vraiment un « clash des civilisations« , il se trouve entre les être humains et les monstres dont notre presse ne parle jamais mais dont nous connaissons tous l’existence. Monstres ? Comment appelez-vous des gens qui, non seulement profitent de la guerre et du terrorisme, mais se débrouillent pour qu’ils se produisent, même si pour cela ils doivent embaucher eux-mêmes les terroristes comme nous l’avons vu avec le 9/11, ou comme toute personne saine le voit avec le 9/11 en tout cas.

Pensez à ce qu’a écrit Smedley Butler, il y a si longtemps déjà, « la Guerre est un Racket« . Ce devait être l’homme le plus intelligent du monde. Si vous ne connaissez pas Butler, prenez le temps, ouvrez un moteur de recherche et faites une recherche. Lisez ça. Si vous ne revenez pas finir mon article, vous êtes pardonné. Si vous croyez que la guerre est une question de sécurité et d’honneur ou de patriotisme, lisez Butler plusieurs fois jusqu’à ne plus rien connaître d’autre.

Si vous pensez qu’il y a eu des guerres « propres« , je vous suggère de lire la biographie de Winston Churchill par David Irving. Ce lien, je vous le fournis parce que ce n’est pas une recherche simple. Irving est, peut-être, le meilleur chercheur sur la Deuxième Guerre Mondiale au monde, il n’y a pas mieux. Quand Churchill s’est avéré être essentiellement de l’alcool et « du vent« , Irving en a rendu certains fous. Quand tout ce que nous savons d’Hitler a été remis en question aussi, Irving, un auteur de best seller a été mis sur liste noire et plus tard emprisonné. C’est un « diseur de vérité« .

Le propos ? Il n’y a pas de guerres propres, il n’y a jamais eu de guerres propres, la guerre est un racket et les gens qui font la guerre le font pour maintenir l’humanité en esclavage. Le peuple d’Egypte est dans la rue, comme les Américains devraient l’être, auraient dû l’être quand les élections ont été volées, auraient dû l’être quand Kennedy a été tué et qu’on nous a refilé cette histoire scandaleuse du « tireur solitaire« , auraient dû l’être quand l’histoire de dissimulation du 9/11 s’est désagrégée. Avec une nette majorité d’américains convaincus que notre propre gouvernement a tué des milliers de gens pour mener l’Amérique à la guerre, des années de manifestations ne mènent pas plus de 300 personnes dans les rues. Les familles des morts doivent acheter des présentations TV.

Notre silence est bien pire que de simplement brûler le drapeau.

Depuis ce coup commercial, la télévision nationale s’est ouverte sur la conspiration du 9/11 mais ce sont les Egyptiens qui se lèvent, peut-être même pour nous. Nous ne pouvons parler, nous, ici, en Amérique. Même l’écrire flirte avec la violation de l’une de nos nouvelles lois. Le congrès ne les a même pas lues, même quand il les a votées. La moitié des choses que vous dites à vos voisins pendant le Super Bowl est maintenant considéré comme du « terrorisme » et vous pouvez être emprisonné à vie sans jugement, votre avocat avec vous. C’est comme ça en Egypte, c’est comme ça que c’est devenu aux Etats-Unis.

Les Egyptiens, par millions, ont marché dans les rues pour faire tomber 30 ans d’un gouvernement qui n’était pas détesté il y a 30 ans, pas par tant de monde. 30 ans est une longue période, d’échange de la stabilité et la sécurité contre la liberté, sans jouir d’aucune des trois. 30 ans de Moubarak.

L’Amérique est depuis dix ans dans le même cycle, avec le Patriot Act, l’Habeas Corpus supprimé, un Ministère de la Sécurité Intérieure, les manifestations seulement autorisées dans les « zones de libre parole« .

J’envie tellement le peuple d’Egypte et la fierté qu’il ressent, peu importe quelle sera l’issue. Ils se tiennent droit, quelque chose que le peuple d’Amérique n’a pas su faire depuis le début des années 70. Je ne parle pas du Tea Party, avec ses financements par des milliardaires et son amour pour la guerre et l’ambivalence effrayante dont il a fait preuve pour la véritable constitution, les véritables droits américains, les véritables libertés américaines.

Qu’ont de bon les revolvers, quand ceux qui les ont regardent des infos censurées chaque jour et sont devenus à peine plus qu’une milice informelle pour les malfrats corporatifs ?

Vous avez déjà vu un propriétaire d’arme dans un rassemblement anti-guerre ? Qu’ont de bon les revolvers quand ceux qui les possèdent ne se soucient pas des véritables libertés ? Toutes les armes en Egypte sont à la police et à l’armée et c’est l’Egypte qui se lève pour nos libertés. Peu d’Américains semblent s’en soucier. Peut-être qu’il fait trop froid dehors.

« Made in USA »

Peu en Amérique sont conscients de ce que l’Egypte faisait partie d’un nexus au Moyen Orient, comprenant Israël, l’Egypte, l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis et plusieurs autres, plus des « régimes » que des démocraties avec Israël seul maintenant une apparence de démocratie, seulement aux mains d’une presse contrôlée et d’informations censurées aux US. C’était l’Egypte qui s’est levée et a déclaré son humanité.

J’envie tellement le peuple d’Egypte et la fierté qu’il ressent, peu importe l’issue.

Ce qui pourrait se trouver au bout du chemin, bien, ce pourrait être la démocratie, un mot si rarement employé en Amérique, plus maintenant. Ce bateau a vogué, les Américains parlent de ce qu’est une république, acceptent des élections truquées, une direction étrangère de fait, des corporations multinationales, de puissants lobbies étrangers et un gouvernement de lâches et de bons à rien qui encourage la faiblesse et la peur.

Presque tous les Américains ont écrit que l’Amérique était foutue, l’ont déclarée en banqueroute, privée d’argent à coup sûr, croulant sous la dette, devant de l’argent qui n’a jamais existé à ceux qui ne le méritent pas.

Ces 15 trillions de dollars de dette font de tous les Américains des serviteurs inféodés, des esclaves maintenant que les générations suivantes le seront aussi. Les Américains travaillent encore, ils travaillent, ceux qui ont un emploi, les Américains rêvent, les Américains se sacrifient. Ce que les Américains ne font plus, plus maintenant, c’est jouir des fruits de leur labeur. L’Amérique est un pays de petits criminels, d’escrocs à court terme, pas petits dans le fait de voler, mais étroits de pensée, de corps et d’esprit. Ecoutez la radio, lisez les offres d’emplois sur le journal. Tout est arnaque. L’Amérique est un pays d’escrocs.

Tous ces revolvers, tout ce pouvoir et il n’y a pas de nation sur terre aussi victimisée que l’Amérique, pas de peuple qui ait perdu autant, pas de peuple forcé à endurer autant que les Américains, avec notre nourriture à pas cher et nos soins médicaux de classe mondiale pour les riches. Essayez d’obtenir une greffe de rein en allant aux urgences. Aucun soin médical de pointe pour les gens qui n’ont pas une « mutuelle adéquate« .

(Vidéo (vo) : Alan Grayson… Maintenant viré du Congrés… Deveniez pourquoi… Question sur le trillion de dollars disparu, et ou…)

Ca signifie que si vous n’êtes pas riche, vous mourez. Vous devriez voir le niveau de soins médicaux que vous accordez à vos vétérans. En tant que vétéran totalement handicapé, j’ai entendu « vous n’avez pas droit à ça » ou « nous ne payons pas ça » ou « notre soin n’est pas accessible aux vétérans » un tel nombre de fois qu’essayer d’obtenir un soin médical est une plaisanterie. Maintenant notre nouveau congrès « Tea Party » prévoit de réduire encore plus les soins médicaux et les allocations pour les vétérans. Bonne chance.

Nous l’attendions. Chaque fois qu’il y a un drapeau qui flotte et des discours, nous savons qu’un chargement de fumier arrive. Parlant pour les vétérans de l’Amérique, ce que je fais en ce moment, je remercie ceux d’entre vous qui ont soutenu les politiciens qui s’en sont pris à ceux qui ont tant donné pour défendre leur pays. Vous dites que vous étiez trop occupés pour vous pencher sur « Obamacare« , pour penser aux vétérans et à nos militaires ? Ils commencent avec nous, les vétérans sont toujours une cible facile. Ils ont des plans pour vous. Regardez le prix de l’essence grimper, les soins médicaux standards plonger, regardez les criminels en tout genre opérer avec l’impunité « Madoff », juste comme ils l’ont fait pendant les années Bush.

Merci. Nous nous souviendrons de vous pour ça.

Une décennie après que les Américains ont regardé le show spectaculaire du siècle à la TV, plus un acte magique de Las Vegas, des bâtiments disparaissant, des vies détruites et la descente d’une nation dans les mensonges et le déshonneur, le 9/11 est le point tournant pour le déclin de l’Amérique.

Ca a commencé. On nous a dit d’avoir peur et on nous a donné des raisons d’avoir peur. Les détournements d’avions ont été une réalité pendant des décennies, nous pensions que notre gouvernement pouvait y faire face. On nous a dit qu’il y avait encore des personnes embarquées sur un vol pour en assurer la protection, et que la force aérienne la plus importante du monde pouvait intercepter un avion en peu de temps, juste prendre un F15 , à plus 1700 miles à l’heure, juste comme poursuivre un vélomoteur avec une Ferrari, une avec un système de navigation NORAD.

Les Américains achètent des types parce qu’ils se sentent sans défense et ont une trouille à mourir de leur propre gouvernement. C’est comme ça que les choses sont en Egypte depuis longtemps et ils n’ont pas de revolvers.

Dix ans plus tard, je sais ce que le peuple d’Egypte ressent parce que je ressens la même chose, je me sens opprimé par un gouvernement qui a fait des élections une escroquerie, un gouvernement qui ne se soucie pas du peuple ni des lois, mais qui sert seulement le paquet de criminels qui grouille dans les égouts de Washington DC. Tendez l’oreille dans cette direction. Vous les entendez ramper ?

Je me demande combien d’Américains sentent ce que je sens.

Dans les dix dernières années, le droit de posséder des armes est devenu plus important que jamais. Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi ?

Savez-vous ce que pensent la plupart des propriétaires d’armes ? Je peux vous le dire. Ils pensent à la façon dont ils vont mourir avec une arme à la main et comment ça va descendre.

Des millions d’Américains pensent la même chose. Ils attendent de voir les fourgons noirs dans leur rue, des lumières bleue et rouge tournoyantes, les portes qui s’ouvrent, un cargo létal d’automates sans face, de boucliers d’émeutes, de pistolets mitrailleurs, de modèle SWAT.

Qu’est-ce que ça va prendre d’utiliser le fusil ? Plus aucun Américain ne croit au 9mm. Avez-vous une idée du nombre de propriétaires d’armes qui ont faire des recherches sur le net pour trouver des cartouches qui pénètrent les gilets pare-balles ?

Les propriétaires d’armes américains, des millions d’entre eux, attendent de mourir dans les mains de leur gouvernement.

Comment le voient-ils venir ? Des lois seront passées légalisant les immigrants illégaux. Puis en parler sera considéré comme « incitant à la haine« . Plus le gouvernement utilisera le contrôle et l’oppression, peut-être encore plus qu’il le fait à l’heure actuelle, plus il aura besoin de mettre un terme la libre expression, de mettre un terme à la liberté de pensée et de contrôler toutes les communications, encore plus qu’il le fait aujourd’hui.

Ca va très mal en ce moment, ne vous méprenez pas. Si vous vous informez par les « infos » et beaucoup le font encore, ce sera une grande surprise. Pour les autres, ce sera attendu, en fait, des millions l’attendent maintenant.

Est-ce que ce sera des « libéraux » ou des « conservateurs » ? Des millions se soucient trop de ça. Le problème est que ceux qui leur disent de se soucier des libéraux et des conservateurs sont les comploteurs.

Faites ça imaginez, pas seulement les grandes villes, mais aussi les petites, à travers l’Amérique entière. Imaginez tout le monde battant le pavé, pas seulement des socialistes, ou des « cinglés armés » ou des fanatiques anti-gouvernement, mais des gens classiques, malades et fatigués de se sentir impuissants, de se sentir dupés. Imaginez-vous prendre votre veste, voulant voir de quoi il retourne avec l’espoir que cela puisse seulement être possible de défaire, de mettre tout ça à terre.

Imaginez tous les Américains battant le pavé, non pas poussés par la haine mais par l’amour de l’Amérique. Imaginez-vous réalisant que toutes ces choses dont vous pensiez qu’elles nous rendaient différents n’aient plus d’importance. Qu’en serait-il si tout le monde voulait vivre dans un pays libre, vivre en paix, vouloir seulement travailler dur et gagner son propre chemin.

Qu’en serait-il si nous étions tous malades et fatigués d’être des esclaves ? Vous dites que vous n’êtes pas un esclave ?

C’est drôle, l’Amérique ne semble pas être un pays dirigé par des gens libres, en fait, je ne peux pas dire que j’aie jamais entendu quelqu’un d’assez fou pour dire ça depuis des années.

Libre, en Amérique, signifie que vous êtes l’un des chanceux qui ne sont pas en prison, des millions le sont, ou en attente de quelque chose de cet ordre. 20 millions d’Américains ont des problèmes de différentes natures avec la loi. Des millions d’Américains ont appris que si vous avez une hypothèque sur votre maison, vous ne possédez rien.

Les Américains sont des prisonniers, vivant de paie en paie ou d’indemnité de chômage en indemnité de chômage ou, comme c’est le cas pour un si grand nombre, cherchant d’où va venir la nourriture ou le refuge, se demandant comment leurs enfants vont vivre. Certains Américains, beaucoup d’Américains sont en fait confrontés à la privation de nourriture aujourd’hui. Vous ne le pensez pas ?

Regardez en bas de votre ensemble immobilier. Combien de personnes n’ont pas payé leur assurance automobile ? Combien croulent sous les paiements de location ou de maison ? Combien sont enterrés sous la dette de leur carte de crédit ?

Vous pensez que c’était un accident ? Quand des trillions de dollars ont quitté l’Amérique, et c’est arrivé, la moitié de la monnaie de l’Amérique est partie à l’étranger durant les dix dernières années, vous en vivez maintenant les conséquences. L’équité chez vous s’est envolée, ce qui était l’équité est maintenant la dette. Vous ne pouvez pas vous déplacer, vous ne pouvez pas vendre, vous n’avez rien. Esclavage.

Les Américains ont eu leurs salaires bloqués depuis que Reagan était au pouvoir. Notre niveau de vie a diminué chaque année depuis, après 200 ans de croissance météorique. La bourse des échanges a augmenté 10 fois en valeurs et les Américains ont moins produit et sont devenus plus pauvres. Peu d’Américains possèdent quelque chose, une maison, une voiture, même des vêtements décents.

Ca a été le jeu tout le temps. Vous ne pensez pas que vous êtes un esclave ? Essayez d’être indépendant. « Ils » vont vous laisser deux choix, vivre sous un pont ou en prison.

Peuple d’Egypte, merci de nous le rappeler.

Gordon Duff

Traduction : Nicole pour Signes des Temps

Article original : America is Egypt (Veterans Today)

Publicités