Vers un crash alimentaire (vidéo)


Synopsis Arte : La tourmente financière, qui vient démentir toutes les promesses de la mondialisation, a éclipsé les signes avant-coureurs d’une autre crise, infiniment plus grave : une pénurie alimentaire générale. Pour comprendre comment tous les voyants sont passés au rouge, ARTE ausculte un système devenu fou.

Conjuguées au dérèglement climatique, les logiques économiques actuelles conduisent à brève échéance à une catastrophe alimentaire planétaire. Est-il trop tard pour inverser la tendance ?

La récente flambée des prix agricoles a été un coup de semonce : jamais le monde n’avait affronté une crise alimentaire d’une telle ampleur. Mais comme le montre l’enquête d’Yves Billy et Richard Prost, les difficultés ne font que commencer. Les stocks mondiaux de céréales baissent depuis huit années consécutives et n’assurent plus à la population mondiale qu’une avance de vingt jours d’alimentation, bien en deçà du niveau officiel de sécurité fixé à soixante-dix jours. Aujourd’hui, rappellent-ils, 925 millions de personnes souffrent de la faim sur la planète et leur nombre croît de plus en plus vite. À la hausse du prix des matières premières, à la raréfaction de l’eau et des surfaces arables et aux ravages causés par les dérèglements climatiques, se sont ajoutés deux phénomènes récents : au moment même où la demande chinoise en céréales s’accélérait brutalement, les biocarburants ont commencé à redessiner la carte de l’agriculture mondiale. Par exemple, la production américaine d’éthanol à base de maïs, qui engloutit le tiers des récoltes du pays, devrait passer de 80 millions de tonnes en 2007 à 120 millions cette année. Quant au productivisme agricole, qui en un demi-siècle a épuisé les sols et pollué l’environnement, il a atteint ses limites. Tout comme le dogme néolibéral, qui a poussé les pays du Sud à tout miser sur des cultures d’exportation, mettant la survie des populations locales à la merci des cours mondiaux. De plus en plus nombreuses, des voix s’élèvent pour que ces logiques économiques soient remises à plat, même au sein du FMI et de la Banque mondiale, afin de prendre en compte les besoins des différents pays, y compris des plus pauvres.

Nourrir les hommes ou l’économie ?

Les réalisateurs ont enquêté en Europe, interrogé de nombreux spécialistes de l’agriculture et de l’alimentation, parcouru les exploitations céréalières de l’Argentine et des États-Unis, puis traversé une Chine en voie d’urbanisation accélérée. Pour parvenir à nourrir sa population, celle-ci investit désormais à l’extérieur de ses frontières, en Afrique, en Corée du Sud et, justement, en Argentine. Avec l’exemple du maïs et du soja, deux cultures majoritairement livrées aux OGM, que l’industrie, mais aussi l’élevage intensif, disputent à l’alimentation humaine, ils nous permettent de comprendre très concrètement pourquoi la demande agricole grimpe alors que l’offre baisse. Une démonstration accablante, qui nous interroge : sommes-nous capables de modifier le cours de cette catastrophe annoncée ?

(France, 2008, 120′)

1/5

2/5

3/5

4/5

5/5

à lire également sur le même sujet :

Géopolitique de l’effervescence

Publicités

5 réponses à “Vers un crash alimentaire (vidéo)

  1. Pingback: Films, documentaires et reportages… « MecanoBlog·

  2. Hélas, tant qu’une minorité ne pensera qu’à se replir les poches, une majorité souffrira sans aucun espoir !
    Toutefois si une justice existe, que j’espère, peut-être que cette minorité ne pourra jamais profiter de tout ce qu’ils auront amassé sur le dos des plus démunis.
    Honte à l’espèce humaine !!!!

  3. He ! Ne sombrons pas dans l’alarmisme. La crise est uniquement due à une très, très mauvaise gestion des ressources alimentaires et de l’exploitation des sols.
    C’est probablement voulu, car il est tout aussi efficace de se faire de l’argent en produisant intelligemment de la nourriture qui comble tous les besoins journaliers sans verser dans les gammes des industries qui se trompent sur les impératifs, comme par exemple les industries qui privilégient comme aux USA la production de viande, ce qui est très couteux en ressources, au détriment de céréales.
    La gabégie organisée est monumentale.

    Reprendre le contrôle de sa vie implique aux citadins et même aux provinciaux de comprendre d’où vient leur nourriture et de s’impliquer dans un éveil global sur leur origine, afin de se prémunir contre les abus.

    Donc énergies, finance, philosophie, géostratégie, etc. Tout ceci doit être réappris sans concessions.

    Mais l’AGROALIMENTAIRE doit aussi être inculqué. Arrêtons de chouiner. Oui, nos sols sont mal exploités, oui ils sont très pollués et l’UE détruit les paysans et les sols de part ses lois liberticides.

    Mais nous nous en sortirons, ne serait-ce que pour nos enfants et arrière-petits enfants !

  4. Pingback: Catastroïka (documentaire) « MecanoBlog·

Les commentaires sont fermés.