L’Union Européenne : une dérive totalitaire


La néfaste pensée néolibérale de la mondialisation ou américanisation du globe, la marchandisation du monde, l’obscure montée en puissance des lobbys dans l’orientation des politiciens et le rôle aussi important qu’influent des think tanks dans les prises de décision gouvernementales ont transformé les démocraties occidentales en une véritable toile d’organisations technocratiques à circuit fermé. L’évolution vers la post-démocratie a été démontrée avec les différents référundums du Traité de Lisbonne comme en France ou en Irlande. Et dernièrement, cette évolution a de nouveau été aperçue par la nomination du bilderberger Herman Van Rompuy sur le trône présidentiel de l’Union Européenne, sur le siège du maître non-représentatif de tous les Européens des pays membres de l’Union Européenne qui ne l’ont pas élu démocratiquement. Cette voie choisie par l’UE n’est pas un ersatz de totalitarisme à l’image de l’URSS ou de technocratie autocratique dans une phase temporaire avant la création d’un nouveau régime politique post-démocratique, c’est du totalitarisme, l’UE est une autocratie technocratique. « L’autocratie technicienne, possible dans quelques actions extrêmement limitées, n’est pas compatible, en tant que moyen systématique de gouvernement, ni avec le bon fonctionnement des mécanismes psychologiques qui commandent l’économie et la vie sociale, ni avec le contrôle démocratique. » Gérard Belorgey.

Désobéissance Civile Belgique

Publicités