Etats-Unis : Dieu dans tous ses Etats ?


par Slimane Zeghidour pour Deus Ex Machina

La Journée Nationale de la Prière a eu lieu le 6 mai 2010 et est comme chaque un « rendez-vous avec Dieu ».

In God We Trust : “En Dieu nous croyons” ! L’Amérique, on le sait, n’a jamais cessé d’être aiguillonnée par cette devise nationale, inscrite même sur le billet vert, le sacro-saint dollar, l’autre devise “forte” du pays. Et à plus forte raison lorsqu’il y a péril en la demeure. Ce fut le cas au lendemain du 11 septembre 2001. L’on avait alors entendu George Bush appeler à une “croisade” contre l’ennemi de l’Amérique, un pays supposé blotti “sous l’aide de Dieu”. Et neuf ans après, voilà que Barack Obama évoque un autre 11 septembre, mais… “écologique”. Sauf que cette fois-ci l’ennemi n’a pas de visage. Il n’a pas frappé du ciel, mais a jailli des abysses du Golfe du Mexique, ce pan de l’Atlantique baignant cinq Etats de l’Union, la Louisiane, le Mississipi, l’Alabama, la Floride et le Texas. On connait les faits : le 20 avril 2010, la plateforme pétrolière, exploitée par la British Petroleum et propriété de la société Suisse Transocean, a explosé, avant de couler par 1 500 m de fond. Depuis lors, plus de 5000 barrils, soit 800 000 litres, s’ y déversent chaque jour. Près de 7000 bateaux, 100 avions et 50 000 personnes travaillent jour et nuit à endiguer l’irrépressible fuite. En vain, jusqu’ici.

Impuissante à juguler le désastre, l’Amérique ne tarda pas à se tourner vers Dieu. Barack Obama, le premier, invita le peuple à implorer l’aide du Ciel. Intitulé “Priez pour notre littoral”, un site Web apparut aussitôt, incitant le bon citoyen à “prier pour la préservation de notre terre”, chaque jour que Dieu fait, de 10h à 14H. Le pays profond se mit à prier avec d’autant plus de ferveur qu’il était à la veille du très officiel Jour National de la Prière**, célébré chaque année, le premier jeudi du mois de mai. Le Congrès institua au même moment, il y a 58 ans, et ce “rendez-vous avec Dieu” et la devise nationale “In God We Trust”, sur fond de Guerre froide contre l’Union soviétique athée.

Barack H. Obama en pleine prière pendant un service religieux du Trinity United Church of Christ à Chicago, le 31 octobre 2004

La cuvée 2010 du Jour National de la Prière, honoré le 6 mai, aura donc connu un éclat singulier, épreuve nationale du “11 septembre écologique” oblige. Ce fut un jour où l’on a vu communier des Américains de tous horizons, chrétiens catholiques et protestants, juifs, bouddhistes et, bien entendu, musulmans, jusques et y compris dans l’aile ouest du Capitole, siège du Congrès américain !

Rompant avec une tradition instaurée par Ronald Reagan et honorée avec une zèle ostentatoire par George Bush, Barack Obama ne convoqua aucun aucune messe oecuménique à la Maison Blanche. Il a pris le parti de « prier en privé, chez lui, ainsi qu’il le fait chaque jour« , expliqua son porte-parole attitré, Robert Gibbs. Une « reserve » saluée par les laïques et tout autant décriée par les croyants. Du coup, la communion fit long feu et vira  au déchirement polémique quant au caractère laïque des Etats-Unis, dont les Pères fondateurs, pourtant pétris d’Ecritures bibliques, ont solidement posé le principe d’une nette séparation de la religion et de l’Etat. Le “retrait” du président provoqua une prompte levée de boucliers des conservateurs, « choqués » de voir ainsi “ravalée” à la sphère privée ce qui devrait rester un acte solennel, public, officiel, en un mot, une communion  patriotique.

Satisfaction, en revanche, des associations laïques qui n’ont eu de cesse de dénoncer, au nom du principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat, “un appel général à la prière”. Une dénonciation qui a obtenu une caution juridique de la juge fédérale Barbara Crabb, laquelle estima “inconstitutionnel” le Jour National de la Prière en concluant que le gouvernement n’a aucun droit “à influencer la décision d’un individu, lui dire quand et comment prier”. Un argument auquel Barack Obama n’aurait pas été insensible.

Il n’en fallut pas plus pour fournir un surcroît de “carburant” polémique à des cercles évangéliques, néoconservateurs et suprémacistes blancs qui clament haut et fort, “afin d’ouvrir aux yeux du peuple”, que le locataire de la Maison Blanche n’ a en réalité jamais professé qu’une seule et unique religion : l’islam ! Pour être moins radical, le magazine évangélique “Christianity Today” ne s’en livra pas moins à une investigation poussé pour “découvrir” à quelle obédience le président serait affilié. En vain. S’il a quitté la Trinity United Church of Christ animée par son ex-mentor, le révérend « gauchiste » Jeremiah Wright,  il n’a pas plus rejoint une autre.

On y apprend, cependant, que Barack Obama a tôt mis sur pied un “cabinet spirituel”, plus ou moins informel, composé de sept conseillers religieux triés sur le volet. Un catholique, Denis McDonough ; un musulman, Rashad Hussein ; cinq protestants, Joshua Dubois, Melissa Rogers, Joel Hunter, Sharon Watkins et, enfin, le pasteur Carey Cash, ancien combattant et aumônier chez les Marines, lors de l’invasion de l’Irak en 2003 où il a pu baptiser des soldats, à l’intérieur même du palais présidentiel de Saddam Hussein, à Bagdad… Plus géopolitique que théologique, ce « staff » aurait  eu pour mission prioritaire d’améliorer les relations des Etats-Unis avec l’Eglise catholique et l’slam, Rome et La Mecque.

« Priez pour notre littoral »

Apportant de l’eau au moulin du chef de l’Etat, un sondage réalisé par le site Web de la chaîne XCBS News autour de la question “Pensez-vous qu’il faille maintenir le Jour National de la Prière ?” a donné un résultat surprenant : 10% seulement ont répondu “Oui”, les autres y voyant plutôt une “infraction au sacro-saint principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat”. Depuis lors, la controverse n’a cessé d’enfler avec son lot de « sitt-in » de prière, d’exécrations, d’anathèmes et de prédictions apocalyptiques. Et si elle ne fera pas couler autant d’encre qu’il ne s’échappe de pétrole de la plateforme Deep Water Horizon, nul doute qu’elle ne sera toujours pas apaisée quand la marée noire sera jugulée.

* http://www.prayforourcoast.org

** http://nationaldayofprayer.org/

Source : Deus Ex Machina

Publicités