Des tensions commerciales menacent les Etats-Unis et la Chine


par John Chan pour WSWS

La Chine a affirmé qu'elle ne se débarrasserait pas de ses avoirs dans la dette des Etats-Unis, disant que cette option serait l'équivalent économique de l'« arme atomique ».

A première vue, deux récentes déclarations faites par les gouvernements chinois et américain sembleraient indiquer que les relations économiques entre les deux pays se sont améliorées. La semaine dernière, l’Administration d’Etat pour les échanges internationaux (SAFE) de la Chine a affirmé qu’elle ne se débarrasserait pas de ses avoirs dans la dette des Etats-Unis, disant que cette option serait l’équivalent économique de l’« arme atomique ». Le jour suivant, l’administration Obama n’a pas accusé la Chine de « manipulation de monnaie » dans un rapport très délicat du Trésor américain.

En réalité, ces événements marquent le développement des tensions économiques entre les deux Etats. Dans les deux cas, l’annonce que des mesures punitives n’allaient pas être prises n’a fait que souligner que de telles mesures drastiques sont actuellement discutées.

Accuser la Chine de manipulation de monnaie permettrait à Washington d’imposer des sanctions tarifaires sur ses produits. Cette menace, en plus des pressions pour l’appréciation du yuan, a dominé les relations sino-américaines depuis les profonds désaccords exprimés au sommet de Copenhague sur les changements climatiques en novembre dernier. Durant toute cette période, l’administration Obama a pris une position agressive, autorisant d’importantes ventes d’armes à Taïwan, rencontrant le Dalaï-lama et imposant des taxes à de nombreux produits faits en Chine.

Le rapport du Trésor américain avait été repoussé en avril, apparemment en échange du vote de Pékin au Conseil de sécurité de l’ONU pour l’imposition de sanctions plus sévères contre l’Iran. Aussitôt que Washington a été assuré du vote à l’ONU, il est revenu sur la question de la monnaie chinoise. En anticipation des pressions que les Etats-Unis allaient appliquer, Pékin a annoncé tout juste avant le sommet du G20 au Canada le mois dernier qu’il cesserait de fixer le cours de sa monnaie par rapport au dollar.

Depuis le milieu des années 1990, la banque centrale chinoise est intervenue massivement sur les marchés des devises pour acheter des dollars afin de maintenir le yuan bas et les exportations de la Chine concurrentielles. Sous la pression des Etats-Unis, la Chine a dû mettre un terme à la fixation au dollar en 2005 pour faire grimper la valeur du yuan de 21 pour cent jusqu’en 2008, lorsque la crise financière mondiale a éclaté. Le fait que Pékin a de nouveau fixé le cours de sa monnaie au dollar pour stimuler ses exportations a suscité la réaction de Washington, surtout parmi les démocrates du Congrès, qui a soutenu que le yuan (ou le renminbi) était « sous-évalué » de 25 à 40 pour cent.

Pour justifier la décision de ne pas accuser Pékin de « manipulation de monnaie », le rapport du Trésor a qualifié de « développement significatif » le fait que la Chine assouplisse la fixation de sa monnaie avec le dollar. Mais pour calmer le Congrès, le secrétaire du Trésor Tim Geithner a déclaré: « Ce qui compte c’est jusqu’où la valeur du renminbi va s’apprécier et avec quelle rapidité », ajoutant, « Nous allons surveiller de près et régulièrement l’appréciation du renminbi… en consultation étroite avec le Congrès. »

La déclaration de l’administration SAFE chinoise qu’elle n’allait pas exercer l’option « nucléaire » consistant à se débarrasser de 900 milliards$ en obligations du gouvernement des Etats-Unis a servi à rappeler à Washington que la Chine pourrait potentiellement provoquer une déroute des investisseurs devant l’immense dette du gouvernement américain. Tandis que croissent les instabilités et s’intensifie la crise de la dette souveraine en Europe et à travers le monde, le problème criant que l’on se refuse à traiter est les Etats-Unis, la nation la plus endettée de toutes. La dette fédérale américaine s’élève à plus de 13 trillions de dollars, ou 90 pour cent du PIB, comparativement à seulement 40 pour cent en 2008 : le résultat direct des gigantesques plans de sauvetage des banques et des institutions financières américaines.

(cliquer sur la carte pour aggrandir)

L’administration SAFE, qui gère les réserves chinoises de 2,45 trillions de dollars de devises, a publié une série de questions et réponses ce mois-ci. Le 7 juillet, elle a demandé : « Est-ce que la Chine utilise les réserves de devises comme « tueur » ou comme « arme atomique »? » La réponse donnée était qu’une telle préoccupation était « complètement inutile », car l’investissement chinois est un « processus mutuellement bénéfique » et ne cherche pas « à contrôler le sujet de son investissement ». Une autre question demandait si la Chine réduirait ses avoirs en termes de dette américaine. L’administration a déclaré que les obligations américaines constituaient « un marché très important pour la Chine » et que « toute augmentation ou diminution de nos possessions de bons du trésor américain est une opération d’investissement normale ».

Ces réponses ne sont guère rassurantes. À propos de la question demandant si une importante dévaluation du dollar nuirait aux actifs en dollars de la Chine, la SAFE a fait une autre référence à la guerre. « À moins qu’il y ait une guerre ou une crise, la banque centrale ne convertira pas massivement ses réserves de devises en yuan, donc il n’y aura pas de perte réelle de réserves suite à une dépréciation du dollar face au yuan ».

Cette déclaration est aussi un avertissement que, s’il y a une crise majeure du crédit intérieur, la Chine devra vendre des actifs en dollar afin de soutenir son propre système financier. Le taux élevé de croissance de la Chine durant la crise financière mondiale a été soutenu par d’immenses plans de relance fondés sur d’importants prêts de la banque centrale. La plupart des prêts sont allés dans une bulle immobilière, tout en générant d’immenses dettes gouvernementales. Victor Shih de l’Université Northwestern en Illinois a estimé que, d’ici 2011, la dette du gouvernement en Chine atteindra les 7 trillions de dollars ou 96 pour cent du PIB, et 4,6 fois le revenu gouvernemental. Un effondrement de la bulle immobilière pourrait forcer Pékin à puiser dans ses réserves de monnaies étrangères.

La SAFE a demandé à Washington d’être « responsable » dans ses remboursements d’intérêts. Cela reflète la peur de Pékin par rapport au risque de la dette souveraine américaine, laquelle est assez importante pour créer un krach chinois. La Chine a lancé une nouvelle agence de notation (Dragon Global Credit Rating) cette semaine et n’a donné à la dette gouvernementale américaine qu’une cote de « AA moins », avec une « perspective négative » – bien pire que la cote « AAA » donnée à Washington par les firmes occidentales.

Les préoccupations de la Chine par rapport à l’instabilité de la dette américaine se sont intensifiées lorsque deux géants de l’immobilier soutenus par le gouvernement, Fannie Mae et Freddie Mac, se sont retirés du marché boursier le mois dernier. Le prix de leurs actions faisait du surplace autour d’un dollar, bien qu’ils aient été sauvés par Washington pour une somme de 148 milliards depuis 2008. Standards & Poor’s a récemment estimé que la Chine détenait au moins 340 milliards$ d’obligations de Fannie Mae et Freddie Mac, alors que d’autres ont évalué ce montant à 500 milliards$. En raison de la récession en cours aux Etats-Unis, ces sociétés ont enregistré une perte combinée de 93,6 milliards$ en 2009 et de 18,2 milliards$ au premier trimestre de cette année.

Même si la SAFE a indiqué aux investisseurs que le gouvernement américain, qui possède 80 pour cent de Fannie Mae et Freddie Mac, garantira les paiements d’intérêts à la Chine, on craint que personne ne veuille acheter les bons que possède la Chine. Le Bureau du budget du Congrès américain a estimé que le gouvernement américain devra injecter au moins 389 milliards de dollars dans les deux compagnies dans la période 2009-2019. Mais selon un analyste financier chinois, Song Hongbing, qui a travaillé au sein des deux compagnies, le montant du sauvetage pourrait se chiffrer entre 1,5 et 2 trillions de dollars si le marché américain de l’habitation continue à tomber.

Les démocrates et les supposés libéraux au sein de l’establishment politique américain demandent des mesures commerciales plus agressives contre la Chine pour offrir une voie de diversion aux tensions sociales toujours grandissantes à cause du chômage de masse et des coupes dans les dépenses sociales.

Commentant la politique chinoise sur l’échange de sa monnaie dans le New York Times du 24 juin, l’économiste Paul Krugman a écrit : « Cette politique est très dommageable alors qu’une bonne partie de l’économie mondiale est toujours très déprimée. En temps normal, on pourrait arguer que les Chinois achètent des bons des États-Unis ce qui, même si les échanges commerciaux s’en trouvaient biaisés, était pour nous une source de crédit à bon marché. De plus, on aurait pu ajouter que ce n’était pas la faute de la Chine si nous utilisions le crédit pour alimenter une immense et très destructrice bulle immobilière. Mais actuellement, nous nageons dans le crédit à bon marché; il manque une demande pour les biens et services assez grande pour générer les emplois dont nous avons besoin. Et la Chine, en favorisant un surplus commercial artificiel, aggrave ce problème. » Krugman a demandé à la Chine de rapidement augmenter la valeur du yuan. « Et si elle refuse, alors il faudra discuter de sanctions commerciales. »

Les multinationales américaines qui traditionnellement ont joué un rôle d’apaisement à cause de leurs investissements en Chine commencent à abandonner cette position, parce que Pékin impose de plus en plus de mesures protectionnistes qui favorisent les compagnies chinoises. L’administrateur général de General Electric, Jeff Immelt, a déclaré le mois dernier : « Je ne suis pas certain qu’en fin de compte ils [le gouvernement chinois] veulent qu’un seul d’entre nous puisse gagner ou avoir du succès. »

C’est l’effondrement de la relation symbiotique entre la Chine et les États-Unis qui s’exprime dans ces tensions. Les bulles de l’immobilier et de la consommation aux États-Unis offraient un marché en expansion aux marchandises chinoises, alors que Pékin recyclait les dollars qu’il avait gagnés avec ses exportations en les injectant dans le système financier américain. L’implosion financière de 2008 a transformé le processus « mutuellement bénéfique » en son opposé. Les États-Unis cherchent à augmenter leurs exportations, à réduire leurs déficits commerciaux et à diminuer la dette du gouvernement, avec l’aide d’une dévaluation du dollar à un niveau concurrentiel. Pour les travailleurs américains, cette politique prendra la forme de diminution de salaires et de la consommation pour permettre aux compagnies américaines de concurrencer la Chine et ses autres rivaux économiques sur le marché mondial.

(article original paru le 16 juillet 2010)

Source : WSWS

Publicités

3 réponses à “Des tensions commerciales menacent les Etats-Unis et la Chine

  1. Pingback: Après l’Iran.. la Chine (‘mérican dream) « L'Heureux Dresseur de Torts·

  2. Bonjour !

    En complement de l’article de WSWS, le décryptage de F. LECLERC et P. JORION ( entre autres…) , sur le site blog de Paul JORION, apportent un eclairage sur l’économie financière, et donc la véritable guerre dont nous somems les spectateurs, acteurs, serfs, esclaves …

Les commentaires sont fermés.